Quatre heures de débat à onze: que retenir?

0
919

Le premier débat télévisé de l’histoire politique française opposant tous les candidats inscrits pour le premier tour de l’élection présidentielle aura duré pas moins de quatre heures. Entre le discours axé sur la lutte des classes de la candidate communiste Nathalie Arthaud et celui vantant l’orgueil patriotique des Français de la présidente du Front National Marine Le Pen, les électeurs ont vu mardi soir s’esquisser onze projets différents pour la France.

Les onze aspirants présidents, qui ont tous eu entre 15 et 20 minutes de parole, se sont affrontés autour de trois axes pendant le débat: l’emploi, la sécurité et le modèle social. Souvent décousues, les discussions se sont notamment tendues sur les questions relatives à l’Europe, la laïcité et la moralité de la vie politique.

Philippe Poutou offensif
Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste Philippe Poutou a s’est illustré par son attaque frontale envers Marine Le Pen et François Fillon au sujet de leurs ennuis judiciaires. “Fillon, plus on fouille et plus on sent la corruption et la triche. En plus, il nous explique qu’il faut la rigueur et l’austérité!”, a assené M. Poutou à l’encontre du candidat de Les Républicains.

Europe
Sur la question européenne, qui avait été escamotée lors du précédent débat entre les cinq candidats crédités de plus de 10% d’intentions de vote, les projets des présidentiables allaient du “Frexit” sans négociation prôné par François Asselineau, à l’optimisme réformateur porté par Emmanuel Macron.

Laïcité
La laïcité a également vu une passe d’armes entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, lorsque cette dernière a défendu l’idée de mettre des crèches dans les municipalités de l’Hexagone au nom de la sauvegarde des traditions françaises. “C’est ça votre vision de la laïcité? “, a énergiquement rétorqué M. Mélenchon, avant d’assurer que 60% des Français n’avaient pas de religion.

Conclusion
En guise de conclusion, chaque prétendant à l’Elysée disposait de 60 secondes pour expliquer comment il comptait rassembler les Français sous sa présidence.

Désigné pour entamer ce tour de plateau, Jean-Luc Mélenchon a appelé à “lâcher l’argent-roi” et à “faire payer la finance et le CAC40 (les 40 plus grosses capitalisations boursières françaises, ndlr)”. “Liberté, égalité, fraternité, c’est plus qu’une devise, c’est une feuille de route”, a-t-il lancé.

Nathalie Artaud a pour sa part rejeté le rôle de rassembleuse, appelant la “conscience ouvrière” à attaquer la “classe capitaliste”.

Comme à l’issue du précédent débat, François Fillon a estimé qu’il était le seul porteur d’un véritable projet d’alternance et a demandé aux électeurs de lui faire confiance, ce qui pourrait être interprété comme une référence à ses ennuis judiciaires.

Le candidat socialiste Benoît Hamon, à la traîne dans les récentes enquêtes d’opinion, a demandé aux électeurs d’effectuer un vote positif. Leur choix doit se porter “pour le futur désirable”, “pour la transition écologique” ou encore “pour la transformation du travail”. “Tout seul, chacun peut aller plus vite, ensemble, nous irons beaucoup plus loin”, a conclu le député des Yvelines.

Le favori des sondages pour devenir le huitième président de la Cinquième République, Emmanuel Macron, a profité de sa minute de parole pour mettre en avant sa qualité de rassembleur des progressistes, proposant une “alternance de l’efficacité”.

Marine Le Pen, actuelle favorite du premier tour du scrutin, a également tenté de se poser en rassembleuse en rappelant aux Français qu’ils étaient propriétaires de leur patrie “quelle que soit (leur) religion ou (leur) origine” avant d’agiter le spectre d’une “civilisation clairement en danger”. Elle a terminé son adresse en demandant aux Français d’user de leur liberté “pour (lui) permettre de remettre la France en ordre, en (leur) nom”.

Qui a le plus convaincu?
Selon un sondage Elabe mené à l’issue de l’émission auprès de 1.024 téléspectateurs, Jean-Luc Mélenchon a été le candidat le plus convaincant, recueillant 25% des voix, devant Emmanuel Macron (21%) et François Fillon (15%). Interrogés sur les qualités dont devrait disposer le ou la futur(e) président(e), les sondés ont récompensé Emmanuel Macron (pour 27% d’entre eux), devant Jean-Luc Mélenchon (21%) et François Fillon (20%).

Prochain rendez-vous
Un dernier débat télévisé doit se tenir le 20 avril, mais plusieurs candidats, dont Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron, ont émis des réserves quant à leur participation en raison de la proximité de l’événement avec le premier tour de scrutin, organisé à peine trois jours plus tard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here