Prescrire du cannabis contre les règles douloureuses ?

0
46
Des conseillers de l’Etat de New York projettent de permettre l’utilisation du cannabis thérapeutique contre les douleurs chroniques dues aux règles.
Pour lutter contre la dysménorrhée, une douleur qui précède, accompagne ou suit les règles, l’Etat de New-York a proposé de permettre que cette maladie soit traitée avec du cannabis thérapeutique. Cette nouvelle mesure permettrait, si elle entre en vigueur, de prescrire du cannabis thérapeutique sur ordonnance aux femmes souffrantes. Cette pathologie touche 50% des femmes, soit environ 7 millions de personnes, selon la Haute autorité de santé en France.

AUCUNE ÉTUDE NE PROUVE QUE LE CANNABIS SOULAGE LA DYSMÉNORRHÉE

A New York, il est déjà possible de se faire prescrire du cannabis pour soulager les douleurs liées aux cancers, à la maladie de Parkinson, à la sclérose en plaques, à l’épilepsie ou encore pour certaines maladies chroniques. La dysménorrhée pourrait être ajoutée à cette liste. Mais, aucune étude scientifique n’a démontré le bénéfice du cannabis thérapeutique sur la dysménorrhée. Le Dr Charles Pollack, médecin et directeur de l’Université Lambert Center aux Etats-Unis, spécialisée dans l’étude de cannabis médical, a déclaré dans Live Science “des études montrent que le cannabis thérapeutique peut aider les personnes souffrant de douleurs neuropathiques. Mais la douleur causée par les crampes menstruelles ne relève pas de cette catégorie”. Cependant, l’idée selon laquelle le cannabis pourrait être utile pour les femmes atteintes de crampes menstruelles n’est pas impossible, a-t-il ajouté.

DES CONGÉS POUR SOULAGER LES FEMMES

Alors que l’Etat de New-York cherche à l’égaliser le cannabis thérapeutique contre la dysménorrhée, certains pays prennent la décision d’instaurer des “congés menstruels”.

En Italie, le parlement étudie actuellement une loi pour permettre aux femmes de prendre jusqu’à 3 jours de congés payés par mois en cas de dysménorrhée. Si le projet est accepté, l’Italie pourrait devenir le premier pays européen à proposer ce congé. Au Japon, les femmes bénéficient déjà de cette loi depuis 1947, ce qui a influencé d’autres pays asiatiques. La Corée du Sud (un jour par mois), Taïwan (trois jours par an) ou encore l’Indonésie (deux jours par mois) ont eux aussi instauré des “congés menstruels”. Depuis 2005, la Zambie a aussi mis en place une loi permettant à toute femme souffrant de règles douloureuses de s’absenter pendant cette période, sans justification médicale.

Auteur: NOÉMIE FONSINO – TopSante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here