Un immigré indien allié aux Trump pour exploiter la nostalgie de l’Amérique profonde

0
77

 

Dinesh Chawla, immigré indien, a voté pour le démocrate Barack Obama en 2008, mais ce patron ambitieux d’un empire hôtelier s’allie désormais à la famille Trump et à son nouveau concept de chaîne d’hôtels jouant sur la nostalgie d’une époque florissante pour les Etats-Unis.

“Nous n’investissons pas dans la présidence Trump, ni dans sa politique sur les réfugiés. Nous investissons dans le savoir-faire et la technologie”, lance-t-il dans les locaux de Chawla Inc, le groupe familial créé en 1986 et cogéré avec son frère Suresh dans le delta du Mississippi, Etat républicain du sud encore miné par le racisme.

Dinesh, 52 ans, taille moyenne et cheveux courts, a l’air fatigué. Il est de retour à Cleveland, temple du blues, trois jours après avoir partagé un podium à New York avec Donald Trump Jr pour l’annonce de ce partenariat en franchise.

“American Idea”, un nouveau concept de franchise d’hôtels de moyenne gamme créé par la Trump Organization pour l’Amérique profonde, sera dominé par la nostalgie. Ce qui n’est pas sans rappeler le slogan de campagne de Donald Trump, “rendre à l’Amérique sa grandeur”.

Les chambres des établissements disposeront certes d’internet mais le petit-déjeuner devrait être composé de plats du coin, tandis que dans le hall et les parties communes seront installés des objets des années 1950 et 1960, comme de vieilles cannettes et anciens logos de Coca-Cola, des images en noir et blanc de lieux publics (écoles, la poste, églises, etc).

“Dans les années 1960, nous étions une puissance prééminente. Nous sommes allés sur la Lune. Les gens sont nostalgiques de cette période”, résume Dinesh, qui enchaîne les interviews.

Une question revient sans cesse: comment, lui, un immigré, peut-il faire affaire avec la famille de Donald Trump alors que le nouveau président américain veut interdire aux ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane d’entrer aux Etats-Unis?

Donald Trump “n’était pas impliqué dans le processus. Je ne l’ai jamais rencontré. Mon frère ne l’a rencontré qu’une fois et c’était il y a plusieurs mois. Et (pour des raisons d’éthique), nous ne sommes pas autorisés à le rencontrer pendant de nombreuses années”, se défend ce père de deux enfants.

– Pas de politique –

“C’était purement des affaires. Il n’y a pas eu de politique, nous n’avons parlé politique qu’une fois”, insiste-t-il, avant de marquer une pause.

“Est-ce que les gens se sont demandés une seule fois si nous n’utilisions pas (les Trump) un peu? Vu que nous sommes les premiers hôtels de la chaîne, ils vont tout faire pour que ça marche car si on se plante, ça va ternir leur réputation”, relève-t-il.

Sur leurs 17 hôtels, tous dans le Mississippi, les Chawla vont en placer trois sous la bannière “American Idea”.

Dinesh se définit comme un républicain en matière économique et un démocrate pour les problématiques sociétales. Il est pour l’adoption par les homosexuels et oeuvre pour l’égalité hommes-femmes dans son entreprise. Plus de la moitié de ses 400 salariés sont noirs.

“Si j’avais une fille, je lui dirais qu’Hillary Clinton devrait être son modèle”, assure-t-il, indiquant avoir voté Obama en 2008. En 2016, il n’a pas voté “car Trump disait de bonnes choses côté économique mais je respectais Hillary Clinton pour sa compétence et son extraordinaire expérience”, dit-il au sujet de la candidate démocrate.

Le partenariat avec les Trump est parti d’une rencontre entre Suresh et Donald Trump Jr, en marge d’un meeting de campagne en 2016. Les deux frères étaient allés remercier Donald Trump qui avait conseillé leur père pour trouver les fonds nécessaires à l’ouverture de son premier hôtel.

Dinesh, arrivé aux Etats-Unis après le Canada en 1977, a reçu des appels anonymes de menaces depuis l’annonce du partenariat.

“La ville est divisée: les conservateurs y sont favorables et les jeunes sont mécontents”, raconte Chris, barman d’un bar populaire situé sur la principale artère du centre-ville de Cleveland.

Judson Thigpen, patron de la Chambre de commerce locale, espère qu’un hôtel “American Idea” “va apporter des touristes”. La municipalité a lancé récemment une campagne pour développer le tourisme dans cette ville, qui abrite le seul musée des Grammys hors de Los Angeles.

C’est l’hôtel Comfort Inn qui va être métamorphosé en janvier 2018 en American Idea. Situé en bordure de l’autoroute reliant le Tennessee à la Louisiane, il est assez quelconque.

L’accueil est divisé entre la réception et la salle à manger au mobilier basique. La moquette à carreaux est usagée, des fils électriques sortent du plafond. Les chambres, spacieuses, sont propres et équipées de wifi. L’hôtel ne prévoit pas de fermer pendant la métamorphose.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here