Mbour : L’AFES au chevet des enfants en difficulté

0
817

L’Association des Femmes pour l’Entraide et la solidarité (AFES) a offert ce samedi 1er Juillet, un don à la Pouponnière Vivre Ensemble de Mbour, à 70 kilomètres de Dakar. Cette initiative rentre dans le cadre de l’objectif principal de cette association qui est d’aider les personnes en difficulté.

Composé de Riz, lait de bébés, couches bébés, médicaments de premières nécessité, produits de lessives et d’entretien, produits alimentaires, ustensiles et une enveloppe, ce don est, pour ce groupe de femmes ivoiriennes résident au Sénégal « un deuxième appui en deux ans, à ce centre qui s’occupe des enfants en difficulté, une situation très sensible et qui préoccupe les mères de famille que nous sommes », selon Madame Eliane Gnogbo Tchani, la Présidente de ladite association.

Venir au secours aux personnes vulnérables, a été la principale motivation de ces femmes qui, depuis l’officialisation de leur association en 2014, ont appuyé en dons plusieurs centres vulnérables au Sénégal. «Nous avons déjà appuyé en dons des centres de détention féminine, des hôpitaux, des associations de femmes démunies et des enfants abandonnés. Le geste d’aujourd’hui est une continuité de nos activités longtemps entreprises ici au Sénégal », a renchéri Léonie Tapé, la Secrétaire Générale.

La pouponnière Vivre ensemble de Mbour qui est la cible généreuse de l’AFES en ce jour, est un centre qui accueille de jeunes enfants en besoin. Certains sont des enfants qui ont perdu leur maman à la naissance, d’autres ont leur maman malade et hospitalisée après l’accouchement. D’autres ont leur maman atteinte de maladie mentale, certains enfants sont issus des viols, ou des enfants abandonnés. Créé depuis 2002, ce centre compte aujourd’hui 147 enfants repartis en différentes sessions selon leur âge, et est animé par un groupe de 118 personnes avec une équipe médicale de 9 médecins.

Après réception du don, le coordonnateur du centre M. Oumar Gaye, a remercié AFES, surtout pour le réflexe de mères qu’elles ont eu : « Ces femmes sont venues au moment opportun. Le personnel a exprimé des besoins en bassines, en voici dans le lot. Avec l’hivernage, les linges ne sèchent pas donc on utilise les couches jetables, elles sont venues avec. On prépare à manger à la grande enfance, on a donc besoin de riz, elles y ont pensé. Pour le petit déjeuner, tout y est. Les médicaments qui manquent à notre dispensaire, l’enveloppe et autres sont des besoins. On remercie vivement ces femmes généreuses. »

L’Association de Femmes pour l’Entraide et la Solidarité (AFES) qui compte aujourd’hui une douzaine de membres actifs, est autofinancée par ses membres, grâce aux cotisations et autres activités génératrices de revenus qu’elles exercent le plus souvent : « Nous fonctionnons sur nos propres fonds. Parfois on organise des soirées dansantes pendant lesquelles on fait aussi des ventes afin de recueillir des fonds pour nos activités », selon Madame Tchani, la Présidente.

AFES, compte non seulement renforcer la coopération entre la Côte d’Ivoire et le Sénégal, mais aussi contribuer à l’éradication de besoin au niveau des enfants et des femmes, cependant, elle est limitée dans ses actions par le manque de financement. « On demande aux autorités, pas seulement les autorités de l’Etat du Sénégal, mais à tous ceux qui habitent le Sénégal et qui se sentent toucher par l’acte que nous posons, de nous appuyer financièrement ou matériellement afin de multiplier nos actions pour une couverture sur toute l’étendue du territoire sénégalais », a lancé Madame Tapé, la Secrétaire Générale.

AFES ouvre ses portes à toutes les femmes sans distinction de nationalité et sans aucune condition d’adhésion.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here