Maxime Prévot: “Je ne mets pas tous les socialistes dans le même sac”

0
347
Walloon Minister of Budget, Public Function and Administrative Simplification Christophe Lacroix, Walloon Minister President Paul Magnette and Walloon Minister of Public Works, Road Safety, Health, Social Affairs, Family Allowances, Equal Chances, Economic Activities and Heritage Maxime Prevot pictured during a press conference of the Walloon government on the budget 2016, in Namur, Friday 13 May 2016. BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Maxime Prévot, vice-président (cdH) du gouvernement wallon, est revenu sur la crise politique qui s’enlise au sud du pays. La tension entre le PS et le cdH est à son paroxysme depuis que le parti de Benoît Lutgen a quitté la majorité dans les entités fédérées. Exemple criant: le cdH a bloqué la suppression de la redevance télé, malgré un accord sur la mesure entre présidents de partis en août 2016.

Maxime Prévot a confirmé sur les ondes de BEL RTL ce lundi matin qu’il voulait toujours supprimer cette “taxe obsolète”, mais pas de la façon proposée par son ancien partenaire.

“On peut pas raser gratis. Cette taxe représente des recettes fiscales de 100 millions d’euros. Nous avions un accord pour une réforme globale parce qu’il faut compenser cette perte. Nous avons déjà un déficit de plusieurs centaines de millions d’euros en Wallonie. (…) Les recettes proposées par le PS en augmentant l’IPP (Impôt sur les Personnes Physiques), taxer le travail, taxer les robots, ce n’est pas acceptable”, a-t-il répondu au micro de Martin Buxant.

“Le PS a perdu sa conscience sociale dans la course au fric”
Dans une entretien avec La Libre ce week-end, le bourgmestre en titre de Namur avait sérieusement taclé son ex-partenaire de majorité en Wallonie. “Le PS a perdu sa conscience sociale dans la course au fric”, avait-t-il déclaré. Une affirmation qu’il a maintenue ce lundi matin, précisant toutefois “qu’il ne voulait mettre tous les socialistes dans le même sac”.

“Chacun doit balayer devant sa porte mais après 30 ans de pouvoir interrompu dans l’espace francophone, le PS a une responsabilité plus lourde que tout le monde. Il y a des gens bien au PS, comme il y en a dans tous les partis. (…) J’ai toujours eu beaucoup d’estime pour quelqu’un comme Magnette, par exemple, avec qui j’ai pu faire du travail de qualité les trois dernières années (…) Mais il était venu le temps de pouvoir offrir une nouvelle page de l’espace francophone sans les socialistes”.

Place au dossier des allocations familiales
Le vice-précident du gouvernement wallon a également ajouté qu’il déposera jeudi son texte sur la réforme des allocations familiales. Il espère que le PS ne bloquera pas ce point. “Nous avons un accord de gouvernement ferme. Le modèle a été présenté. (…) Ce dossier, dans l’intérêt de familles wallonnes, doit passer. Je ne doute pas que chacun fera preuve de responsabilité”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here