Gambie : L’ambassade de France rouvre son antenne à Banjul

0
55

La France resserre ses liens avec la Gambie. La réouverture de son antenne dans le pays, fermée depuis 2013, a été annoncée cette semaine par l’ambassadeur de France en poste à Dakar et en visite à Banjul. Paris avait déjà exprimé son choix de se rapprocher du nouveau régime d’Adama Barrow : l’ex-président François Hollande avait reçu son homologue gambien en mars et une délégation d’entrepreneurs français avait visité le pays deux mois plus tard. Il y a donc une volonté forte de construire des liens durables entre les deux pays.

Un chargé d’affaires français sera désormais en résidence dans le pays. Hugues Nordi, jusque-là en poste au Gabon, sera le premier à occuper cette fonction.

L’antenne sera sous l’autorité de l’ambassadeur français au Sénégal. « Nous étions absents de Gambie parce qu’avec la dictature il était impossible d’y travailler sérieusement. Nous avons décidé de revenir ici. Donc une action très importante qui va permettre de soutenir les intérêts de la France et d’être plus présent, plus actif, aux côtés de cette jeune démocratie », détaille Christophe Bigot à RFI.

Des relations qui se renforcent aussi dans différents secteurs. Après avoir animé des discussions autour de la justice transitionnelle, la France apporte aussi son soutien dans le domaine de la sécurité. « Nous avons envoyé un colonel de la gendarmerie française qui va accompagner la réforme des services de sécurité de la Gambie », souligne-t-il.

Une coopération développée avec enthousiasme par le gouvernement gambien. Selon le ministre des Affaires étrangères, Ousainou Darboe, les deux pays ont aussi tout à gagner sur le plan économique. « C’est une bonne chose pour nous, estime-t-il. On espère que cette relation va encourager plus d’investisseurs français à venir ici. Et on espère aussi pouvoir développer nos lignes aériennes pour pouvoir mettre en place des vols directs entre Paris et la Gambie. »

Reste encore à trouver le lieu pour implanter cette antenne française. L’ancien bâtiment, abandonné en 2013, a depuis été totalement pillé.
(RFI)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here