La France honore un tirailleur Sénégalais à titre posthume

0
50

L’ancien combattant Abdoulaye Ndiaye, « dernier tirailleur sénégalais » de la Première Guerre mondiale mort en 1998, a été décoré samedi de la Légion d’honneur à titre posthume par la France, en marge d’une cérémonie commémorative de l’armistice de 1918, a renseigné l’agence de presse sénégalaise.

L’ambassadeur de France, Christophe Bigot, a remis à la famille d’Abdoulaye Ndiaye, la croix de commandeur de la Légion d’honneur, pour rendre hommage à ce « héros de la grande guerre ».

« Je suis très heureux de remettre ce matin l’insigne à sa famille qui permettra de reconstituer le mannequin du musée des Forces armées de la République, témoin de la gloire de votre aïeul », a dit M. Bigot.

Il intervenait lors de la 99e édition des commémorations de l’armistice, un traité signé le 11 novembre 1918 et qui a mis fin aux combats de la Première Guerre mondiale 14-18.

Au cours de cette cérémonie organisée à la base dakaroise Des Eléments français au Sénégal (EFS), à Ouakam, en présence de leur commandant, le général Denis Mistral, l’ambassadeur de France a souligné « les valeurs qui nous animaient et celles qui nous animent toujours et qui font la force de l’engagement du Sénégal dans les forces de maintien de la paix ».

Christophe Bigot est revenu sur « le parcours digne d’éloge » du tirailleur sénégalais Abdoulaye Ndiaye, « un héros de la grande guerre, le premier soldat africain à avoir été fait commandeur de la légion d’honneur en 1956 ».

« C’était un natif de Saint-Louis. A 19 ans, il rejoint le 6ème et le 22ème régiments d’infanterie coloniale au sein duquel il rejoint les théâtres du nord de la France et d’orient où il est engagé à plusieurs reprises », a rappelé l’ambassadeur de France au Sénégal.

Il a par ailleurs évoqué son rôle jugé décisif au sein de l’association des mutilés de guerres, qu’il a fondé à la fin de son engagement, ajoutant qu’Abdoulaye Ndiaye « aura jusqu’à sa disparition participé au rayonnement des anciens combattants au Sénégal ».

« Ce n’est donc que justice » de le voir récompensé successivement de la croix de guerre 14-18, de la médaille militaire et de la croix de commandeur de la Légion d’honneur, a relevé le diplomate.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here