L’acné, un facteur de risque de dépression

0
229

Le risque de dépression est particulièrement élevé dans l’année suivant le diagnostic d’acné.

L’acné augmente le risque de dépression, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale British Journal of Dermatology.

Les chercheurs de  l’Université de Calgary au Canada ont réalisé une méta-analyse sur la base des données médicales renseignées sur les soins primaires au Royaume-Uni collectées entre 1986 et 2012 (Health Improvement Network (THIN), pour établir un lien entre troubles dermatologiques et les risques psychosociaux. Parmi les participants suivis pendant 15 ans, 134 427 vivaient avec de l’acné et 1 731 608 personnes n’en avaient pas.

UN RISQUE DE DÉPRESSION POUR LES PERSONNES ACNÉIQUES

Les résultats de l’étude ont montré que le risque de dépression majeure était plus élevé dans l’année suivant le diagnostic d’acné, une probabilité plus élevée de 63% par rapport aux personnes sans acné, et diminuait par la suite. Le danger de développer une dépression importante est de 18,5% pour les patients acnéiques et de 12% sans problèmes dermatologiques.

«Cette étude met en évidence un lien important entre maladie de la peau et maladie mentale: le risque de dépression étant le plus élevé au moment de la première consultation d’un médecin pour des problèmes d’acné, il montre à quel point notre peau peut avoir un impact sur la santé mentale globale », a expliqué l’auteure principale, Mme Isabelle Vallerand, de l’Université de Calgary, au Canada. “Pour ces patients atteints d’acné, c’est plus que des boutons sur la peau et cela peut poser des problèmes de santé mentale importants et devrait être pris au sérieux.”

Les conclusions de cette étude confirme celles des experts de la British Skin Foundation qui affirment dans une étude publié en avril 2016 que l’acné aurait de sérieuses conséquences sur le plan psychologique.

Auteur: Agathe Mayer – TopSante

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here