L’ex-Pm Mamadou Lamine Loum sur les recommandations des assises nationales et la charte de bonne gouvernance démocratique

0
411

Sur les principes d’équité, de traitement partial et de justice, le chef de l’Etat, Macky Sall, signataire de la Charte nationale de bonne gouvernance des Assises nationales «est bien loin» des recommandations formulées. C’est le point de vue du Modérateur des Assises nationales, Mamadou Lamine Loum. L’ancien Premier ministre sous Diouf, qui était l’invité de l’émission Grand Jury de la Rfm du dimanche 3 juin, révèle que Macky Sall fait pourtant partie des premiers signataires de ladite charte, ce qui n’ouvrait pas à son avis de possibilités de réserve.

 

Contrairement à ceux qui soutenaient que l’actuel chef de l’Etat n’a signé la Charte nationale de bonne gouvernance, formulée par les Assises nationales de 2008, qu’entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012, il est été établi hier, dimanche 3 juin, que le candidat d’alors Macky Sall ferait partie des premiers signataires. La révélation est du modérateur de ces Assises, en l’occurrence Mamadou Lamine Loum, sur les ondes de la Radio futurs médias (Rfm). Invité de l’émission Grand Jury d’hier, l’ancien Premier ministre sous Abdou Diouf a informé que «le président de la République est un des premiers à signer la Charte nationale de bonne gouvernance. Il a signé 3 ans plus tôt, exactement le 29 mai 2009, soit 5 jours après la restitution des travaux des Assises nationales».

 

Mieux, l’actuel locataire du palais de la République aurait signé bien avant même la majeure partie de 140 partis, associations et personnalités qui étaient membres des Assises. Autre précision de taille donnée par Mamadou Lamine Loum, c’est que contrairement à ce qui a été révélé aux Sénégalais, notamment la supposée «réserve» du candidat Macky Sall sur certains points au moment de la signature de la Charte, il n’y avait même pas la possibilité pour un signataire d’émettre des réserves. Il reste formel que «le protocole de signature n’ouvre pas droit à une possibilité de réserve».

 

Quid alors de l’état actuel de ces conclusions des concertations nationales, considérées par le président Macky Sall comme une réponse à une situation donnée et non les écrits saints des religions révélées ? Sur le commentaire fait par le chef de l’Etat, l’ancien Pm sous Diouf semble être tout à fait en phase avec Macky Sall. Toutefois, il pense qu’en faisant l’état des lieux, l’on se rend compte d’une similarité de situations avec celles de 2008.

 

En effet, il est d’avis qu’il y a des écarts avec les principes et l’esprit des Assises nationales qui reposent sur l’équité, le traitement impartial, tout comme la justice. Pour lui, «en effectuant l’état des lieux dans tous les secteurs, on trouverait le diagnostic qu’on avait à peu près en 2008». Ainsi donc, le bilan du chef de l’Etat sur l’application de ladite charte «est bien loin du compte. Il n’est pas plein au quart, pour être généreux», a noté l’ancien Pm Mamadou Lamine Loum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here