Un ouvrage autour des textes de l’écrivain allemand Hubert Fichte à paraître en octobre

0
187
Dakar, 12 juin (APS) – Un livre intitulé “Psyché, histoire de la vulnérabilité”, une traduction de textes de l’écrivain allemand Hubert Fichte, sera publié en octobre prochain chez L’Harmattan, a indiqué, lundi, le professeur Maguèye Kassé, un des auteurs.
L’ouvrage est coécrit avec les professeurs Ibrahima Diagne et Mamadou Diop de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.
Ce projet porté par le Goethe Institut et la Maison des cultures du monde à Berlin sera présenté au mois d’octobre lors d’une table ronde à l’hôpital Fann de Dakar.
“Fichte s’est beaucoup intéressé à l’univers mental sénégalais, particulièrement lébou, la psychiatrie traditionnelle, notamment à ce qui se faisait au département psychiatrie de l’hôpital Fann de Dakar, de 1974 à 1985”, a expliqué Pr Kassé lors de la clôture du workshop autour de l’œuvre de Hubert Fichte tenu au Goethe Institut de Dakar.
Mais, précise-t-il, “il a été très critique à l’égard d’Henri Collomb, un psychiatre et médecin militaire français qui s’était installé dans les années 1960-1970 au Centre hospitalier de Fann et avait créé +L’école de Dakar ou Ecole de Fann+, structure dans laquelle l’on expérimentait, à côté de la psychiatrie moderne, celle traditionnelle”.
Hubert Fichte s’est beaucoup intéressé “aux moyens modernes de guérison de la folie, qu’est-ce qui amène la folie dans nos sociétés, le rapport que l’on entretient avec la folie, etc.”.
Les participants au “workshop” (des psychiatres, psychologues, un comédien, un plasticien et un photographe) ont échangé sur les thèmes contenus dans le livre, à savoir “la psychiatrie traditionnelle, le Ndeup, l’art, etc.”
L’écrivain allemand Fichte s’était beaucoup intéressé aux œuvres de l’artiste Pape Mamadou Samb alias Papisto Boy, dont il célébrait “le travail, l’ingéniosité, les techniques utilisées, les thématiques diverses”.
“Fichte était captivé par la fonction de l’art dans nos sociétés africaines, un fait qui contrasse avec ce qui se passe en Occident. En Afrique, l’art nous parle, il est impliqué dans la vie, il n’y a pas de dichotomie entre l’artiste et la vie”, souligne le professeur Kassé.
Selon les organisateurs, l’exposition prévue au mois d’octobre avec les artistes participants à ce projet s’inspirera de ce regard sur l’art de Fichte.

FKS/ASB/ASG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here