Abdoul Aziz Diop, secrétaire général de la Fncl : «Le Pds ne fait pas de deal»

0
145

En réagissant à la sortie de l’Apr en réaction à la lettre de Karim Wade, le secrétaire général des cadres libéraux, Abdoul Aziz Diop, a soutenu que le « Parti démocratique sénégalais, pour avoir rejeté toutes les offres faites au parti et à Maître Wade, n’utilise pas de raccourcis et ne fait pas de deal ».

Le secrétaire général de la Fédération nationale des cadres libéraux (Fncl), Abdoul Aziz Diop, s’est désolé des propos du Porte-parole de l’Alliance pour la République (Apr), Seydou Guèye qui a rappelé des dossiers impliquant l’ancien régime libéral. Il a souligné que le dossier  Me Sèye a été jugé et que tous les responsables libéraux cités ont été blanchis par la justice avant même que la loi d’amnistie initiée à l’époque ne soit adoptée par l’Assemblée nationale. « Vous savez bien que le parti démocratique sénégalais, pour avoir rejeté toutes les offres faites au parti et à Maître Wade, n’utilise pas de raccourcis et ne fait pas de deal », a martelé M. Diop. Le leader des cadres libéraux rejette, par la même occasion, la proposition d’Idrissa Seck pour une quête nationale pour payer, dit ce dernier les 138 milliards de Fcfa que Karim, Wade doit payer à l’Etat du Sénégal. « Pour nous, le candidat du peuple ne doit rien à l’Etat du Sénégal et ne payera jamais une rançon imposée par la Crei », a-t-il défendu, dans une lettre de réponse dont copie nous est parvenue.  En outre, Abdoul Aziz Diop estime qu’après douze années de présence à la tête de l’Etat du Sénégal, le vrai débat doit porter sur le bilan du régime. « Vous nous parlez de bourses familiales.

Ces bourses donnent la preuve de l’échec de vos politiques qui ont accentué la pauvreté des Sénégalais et qui servent une opération de politisation de la misère des populations », a dit M. Diop. Il ajoute que les Sénégalais attendent le régime sur le bilan de ses slogans : «la patrie avant le parti», «la gestion sobre et vertueuse». « Dans le domaine de la transparence et de la bonne gestion financière, votre régime n’est  pas une référence», a-t-il indiqué.  En ce qui concerne la candidature de Karim Wade, «la messe est dite pour nous car la déchéance de droits civils et politiques ne peut être prononcée que par un tribunal. Nous vous rappelons les propos de votre ancien garde des Sceaux et ministre de la Justice le jour même de la condamnation de Karim Wade: «la Cour spéciale qui a jugé Karim Wade, désigné avant-hier candidat du principal parti d’opposition à la prochaine présidentielle, a « écarté l’interdiction de l’exercice des droits civiques, civils et de famille prévus par l’article 34 du Code pénal ».

Amadou DIOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here