La France, peu de défauts et beaucoup d’espoirs

0
79
France's defender Raphael Varane (2ndL) celebrates with France's forward Antoine Griezmann (2ndR) and France's forward Kylian Mbappe after scoring the opener during the Russia 2018 World Cup quarter-final football match between Uruguay and France at the Nizhny Novgorod Stadium in Nizhny Novgorod on July 6, 2018. / AFP PHOTO / Kirill KUDRYAVTSEV

Sérénité, maîtrise, efficacité. La France s’est montrée nettement supérieure à l’Uruguay dans un duel que l’on attendait fermé et disputé (2-0, Varane et Griezmann). Le rythme peu élevé de la rencontre et la parfaite gestion française n’ont jamais vraiment donné l’impression que l’on assistait à un quart de finale de Coupe du Monde. Très solide, cette équipe de France sera difficile à bouger.

Le match

Impressionnante. La France jouera sa place en finale du Mondial face à la Belgique ou au Brésil mardi prochain. Critiqués après la phase de poules et notamment leur copie bâclée face au Danemark, les Bleus montent en puissance. Après avoir infligé quatre buts à l’Argentine de Messi, ils se sont presque promenés face à des Uruguayens orphelins d’Edinson Cavani.

“On avait fait quelque chose de grand face à l’Argentine, on a encore haussé notre niveau de jeu aujourd’hui”, l’analyse est signée Didier Deschamps et reflète assez bien l’opinion générale. Certains diront que l’Uruguay est complètement passé à travers son rendez-vous. Ce n’est pas tout à fait faux, mais cela n’enlève rien à la performance de l’équipe de France  qui épate vraiment par sa maîtrise, malgré un effectif assez jeune.  Equilibrée, sérieuse et calme, elle étonne par sa maturité tactique et mentale.

On ne dit pas que la France est la formation la plus géniale et la plus attrayante de l’histoire du foot, pas du tout. Simplement qu’elle est vraiment solide et que les Diables ou la Seleçao devront passer un nouveau très gros adversaire pour atteindre la finale.

L’homme du match

Antoine Griezmann
Un assist parfait et un but chanceux pour Griezmann qui monte lui aussi en puissance au fur et à mesure que le Mondial avance. Discret et peu en réussite lors des trois premières rencontres, “Grizou” n’était pas inquiet. Et il avait raison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here