Parc industriel de Diamniadio : 25 000 emplois attendus

0
197

iGFM – (Dakar) – Dans sa politique de création d’emplois pour les jeunes, l’État du Sénégal vise 25 000 emplois dans le Parc industriel de Diamniadio. Le ministre de l’Industrie et de la Petite et moyenne industrie en a fait la révélation, hier, lors de sa visite de chantiers dans ledit Parc.

Le Parc industriel de Diamniadio va certainement caser beaucoup de jeunes chômeurs. Qui, pendant longtemps, ont peiné à trouver une place au soleil. Outre sa vocation à devenir le futur poumon économique du pays, ce domaine industriel offrira des opportunités de travail aux jeunes diplômés. Et à en croire le ministre de l’Industrie et de la Petite et moyenne industrie, 25 000 emplois sont attendus dans ledit Parc industriel. Moustapha Diop : «Le Président Macky Sall a très tôt compris que le développement du Sénégal passera par une industrialisation forte, inclusive et source d’emplois. D’ailleurs, l’industrie constitue l’épine dorsale du Pse. Le Parc industriel de Diamniadio s’étend sur une superficie de 53 ha, pour un montant de financement de 85 milliards de FCfa. Au total, 25 000 emplois sont attendus dans ce Parc industriel.»

Toujours selon le ministre, la première phase du Parc industriel de Diamniadio est bouclée sur 13 ha. Avec un financement de 25 milliards de FCfa financés sur fonds propres par l’État du Sénégal. Cette phase comprend trois hangars de type A de 7 920 m2 et un hangar de type B de 3 600 m2 ainsi qu’un bâtiment administratif. Et pour cette première phase, le recrutement a démarré, il reste juste la mise en service et l’exploitation du Parc industriel de Diamniadio. «Pour la seconde phase, lors de notre voyage en Chine, on a négocié un financement avec les autorités chinoises à hauteur de 60 milliards de FCfa. L’accord de principe a été donné, les offres techniques et financières validées. Et dans quelques jours, nous allons signer le contrat commercial.

Le Président Macky Sall attend juste la visite prochaine du Président chinois pour lancer les travaux de la deuxième phase du Parc industriel de Diamniadio», a indiqué le ministre de l’Industrie et de la Petite et moyenne industrie. Qui, à la tête d’une forte délégation, a effectué une visite de chantiers dans le Parc industriel de Diamniadio. Une manière pour Moustapha Diop de s’enquérir de la situation des travailleurs et surtout de l’état d’avancement des travaux. D’autant plus que ce domaine industriel est projeté pour devenir le futur pôle économique du pays. Déjà, la zone séduit par ses grandes bâtisses et hauts édifices qui pullulent. Le Parc industriel de Diamniadio est une zone attractive. Où l’État veut développer des activités économiques multiformes. Faisant de cette vaste étendue de terre, logée entre les massifs de Diass et à la lisière de Dakar, le pilier du développement économique du Sénégal.

La Nsts, 160 employés envoyés au chômage…

Après l’étape de Diamniadio, la délégation ministérielle, toutes sirènes hurlantes, a foulé le sol de Thiès. Où les Nouvelles sociétés textiles du Sénégal (Nsts) vivent des jours sombres. À l’arrêt depuis 8 mois, cette société croupit sous le poids de sa dette. Un pactole de 400 millions de FCfa dû à la Banque nationale de développement économique (Bnde). Laquelle finançait annuellement le Fonds de roulement de la Nsts. D’ailleurs, c’est cette dette non payée qui a occasionné la perte de l’entreprise, causant du coup le chômage technique de 160 employés. Une situation qui a poussé l’État du Sénégal a trouvé des solutions d’urgence, via le département de l’Industrie et de la Petite et moyenne industrie, pour redresser ladite entreprise.

Pour ce faire, les autorités compétentes ont réuni les acteurs autour d’une table, le but étant de dégager ensemble des solutions de sortie de crise. Moustapha Diop : «On est en train de développer notre stratégie de développement industriel. Parmi les priorités, il y a le secteur textile. On est venu aider la Nsts qui est dans le gouffre et a envoyé 160 employés au chômage. Une situation due au non-renouvellement de la ligne de crédit annuel à hauteur de 400 millions de FCfa de la Banque nationale de développement économique (Bnde). Le 09 mai 2018, le comité de restructuration des entreprises en difficulté s’est réuni. Différentes sorties de crise ont été trouvées. Primo, il faut, selon le ministre, que la Bnde accepte d’acquérir une partie du foncier de la Nsts. Secundo, la Nsts doit accepter de céder son foncier hors usine pour relancer son fonds de roulement. Tertio, le Fonsis doit rentrer dans l’actionnariat de la Nsts.

Auteur : L’Observateur 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here