L’Espagne a un nouveau sélectionneur, le troisième en un mois, Luis Enrique

0
105

Sans club depuis son départ du FC Barcelone en 2017, Luis Enrique est devenu ce lundi le nouveau sélectionneur de l’Espagne pour les deux prochaines saisons. Il succède à Fernando Hierro, qui avait pris le relais juste avant la Coupe du monde, au moment du renvoi de Julen Lopetegui.


On connait désormais le nom de celui qui devra reconstruire la Roja après la désastreuse Coupe du monde  2018. Ce sera Luis Enrique, pour les deux prochaines saisons. Eliminée dès les huitièmes de finale par la Russie, l’Espagne a semblé payer l’instabilité qui régnait depuis le limogeage du sélectionneur Julen Lopetegui. Annoncé sur le banc du Real Madrid pour la saison 2018-2019, le technicien avait été renvoyé deux jours avant le début de la compétition (13 juin). L’intérimaire Fernando Hierro  n’a pas convaincu et a quitté le staff après le retour de Russie.

Luis Enrique préféré à Michel et Sanchez Flores
Sans club depuis son départ du FC Barcelone en 2017, Luis Enrique a longtemps été annoncé un peu partout en Europe. Si les pistes menant au Paris Saint-Germain ou encore à Chelsea ont été ébruitées, l’entraineur espagnol voulait profiter pleinement de son année sabbatique. Un temps en concurrence avec Michel  et Quique Sanchez Flores  pour le poste de sélectionneur, le technicien de 48 ans a rapidement pris une longueur d’avance sur ses rivaux.

Rubiales: “Une décision unanime”
Le président de la Fédération espagnole de football, Luis Rubiales, a justifié son choix ce lundi après la nomination de Luis Enrique. “La décision a été unanime, a indiqué le dirigeant. J’ai aimé son implication et il a laissé passer de meilleures opportunités sur le plan financier pour diriger la Roja.

🚨 OFICIAL | @LUISENRIQUE21, nuevo seleccionador de la @SeFutbol #BienvenidoLuisEnrique pic.twitter.com/DuPcxVPyDI
— Selección Española de Fútbol (@SeFutbol) 9 juillet 2018

Et maintenant ?
Premier objectif du nouveau sélectionneur: la Ligue des Nations. Luis Enrique et ses protégés défieront l’Angleterre et la Croatie entre septembre et novembre 2018. Face à deux sélections demi-finalistes du Mondial, l’Espagne ne partira pas vraiment favorite. Un gros travail de reconstruction attend donc le nouveau sélectionneur de la Roja.

RMC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here