Ismaïla Madior Fall : «Le ministère de la Justice n’a rien à voir dans l’affaire Cheikh Bamba Dièye. C’est l’Ums…»

0
110

A l’ouverture de l’Assemblée générale ordinaire de l’Union des magistrats du Sénégal qui s’est déroulée le week-end dernier, le garde des Sceaux, Ismaïla Madior Fall n’a pas hésité à clarifier qu’il n’est, en rien, mêlé à la convocation de l’ex-maire de Saint-Louis, le député Cheikh Bamba Dièye, qui a traité de corrompus des magistrats. Mais, précise-t-il, c’est l’Ums qui a porté l’affaire devant les tribunaux. Cette rencontre a été pour les magistrats, un cadre de discussion avec le ministre de la Justice sur l’indépendance de la justice, l’infrastructure judiciaire, la carte judiciaire…

Samedi dernier, lors de l’assemblée générale de l’Union des magistrats du Sénégal, Ismaïla Madior Fall a rejeté toute implication dans l’affaire de Cheikh Bamba Dièye qui a été convoqué par la Division des investigations criminelles, suite à des propos discourtois qu’il a tenus à l’encontre des magistrats.

«Le ministère de la Justice n’a rien à voir dans ça. C’est l’Union des magistrats du Sénégal qui a fait une dénonciation», a-t-il dégagé en touche.

Par ailleurs, le ministre de la Justice, sur les réclamations des magistrats de plus d’indépendance et de meilleures conditions de travail, a souligné avoir bien noté leurs doléances, avant de les rassurer.

Sur la question de l’indépendance, Ismaïla Madior Fall a précisé que celle-ci est une problématique universelle. A titre d’exemple, il a cité les Usa, le Kenya… en précisant que l’indépendance de la justice est une question permanente.

«Il y a toujours le sentiment, pour une partie des citoyens, de considérer que la justice est compliquée et ésotérique. On a l’impression parfois que la justice favorise plus les forts que les faibles», dit-il. Mais, selon lui, il en est autrement.

Sur les conditions de travail des magistrats, le garde des Sceaux a déclaré qu’il y a une amélioration significative. Sur ce, dit-il, un titre foncier de 18.000 m2 sera affecté au ministère de la Justice dans le pôle de Diamniadio. Sur l’infrastructure judiciaire, le ministre a annoncé que la carte judiciaire est en train d’être installée, avec un tribunal de Grande instance à Pikine, Mbour avant que n’arrivent ceux de Kédougou, Saraya…

Toujours, sur la carrière du magistrat, il a précisé qu’il n’y a plus de consultations à domicile, depuis qu’il a pris ses fonctions. D’autant plus que, selon lui, toutes les réunions préparatoires des nominations et des affectations des magistrats sont précédées par une réunion que lui-même préside au ministère de la Justice, avec tous les membres du Conseil supérieur de la magistrature. Et il n’y a pas de nomination arbitraire, a-t-il réitéré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here