Le numérique au centre de l’ECPI

0
184

Le savoir et le savoir-faire sont une demande de toute entreprise. Une autre école vient s’ajouter à la pléthore d’instituts de formation. L’Ecole Centrale Polytechnique d’Ingénieurs (Ecpi).   

 

Prôner l’excellence et la rigueur scientifique et technique, telle est la mission que se donne l’Ecpi. Elle a officiellement ouvert ses portes, hier à Dakar. Ladite école, sise à Sacré Cœur I, veut combler le gap entre l’offre de formation et la demande des employeurs. L’expertise passe nécessairement par une formation professionnelle qualifiée. Elle envisage d’apporter une réponse à cette requête. Selon le représentant du ministère de l’Enseignement supérieur, Souleymane Ndjim, les offres de l’Ecpi répondent à ‘’un domaine prioritaire de l’Etat du Sénégal’’. Elle est partenaire de l’Essie Paris, une école d’ingénierie en France.

L’établissement propose trois cycles de formation à ses futurs étudiants. Un cycle ingénieur, sur 3 ans, ouvert aux élèves ayant réussi les classes préparatoires de l’Ecpi et aussi aux titulaires de diplômes scientifiques et techniques Bac +2 (Dut, Bts) et Bac+3 (Licence, Master). Un cycle préparatoire, sur 2 ans, basé sur le programme des grandes écoles françaises, pour les bacheliers scientifiques et techniques. Un cycle BTS, sur 2 ans, pour les bacheliers scientifiques et techniques.

Elle compte démarrer ses ‘’activités académiques’’, en novembre prochain. L’ambition déclinée par l’Ecpi, selon son président Mouhamadou Sall, est le développement d’un capital humain compétent. ‘’Notre école a pour vocation de venir en appui à la politique de l’État du Sénégal dans le cadre de l’enseignement des sciences, des techniques et de la formation professionnelle à même de promouvoir l’économie de la connaissance. L’Ecpi se veut une réponse pertinente et appropriée aux besoins importants en ressources humaines nécessaires pour prendre en charge les besoins du pays et pour positionner le Sénégal sur le marché international dans les métiers du numérique, de la haute technologie’’, déclare son président. Par ailleurs, l’institut veut également développer les sciences et techniques. Il a une vocation nationale et internationale.

‘’L’objectif de l’ECPI est de préparer de futurs ingénieurs de l’école primaire à l’université ou même offrir des formations postes universitaires’’, explique le co-fondateur de l’établissement et membre administratif, Youssoupha Diop. Ce qui a été salué par le représentant de l’ambassadeur de la France au Sénégal, Laurent Perez Vidal. ‘’L’illustration du dynamisme des lycées techniques du Sénégal, particulièrement celui de Diourbel qui a présenté plusieurs lauréats au Concours général dernier, est à féliciter’’, ajoute-il. Les administrateurs veulent apporter du nouveau dans le secteur. ‘’Nous ne sommes pas une école de plus, mais une école d’avenir qui va reposer sur l’excellence.’’

Les bases sont jetées et les portes ouvertes pour une formation de qualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here