L’exhumation de Franco approuvée par les députés espagnols

0
53
(FILES) In this file photo taken on July 03, 2018 the grave of Spain's General Francisco Franco is pictured on July 03, 2018 in San Lorenzo del Escorial, near Madrid at the Valle de los Caidos (The Valley of the Fallen), a monument to the Francoist combatants who died during the Spanish civil war and Franco's final resting place. - Spanish lawmakers approved on September 13, 2018 a decree by the Socialist government authorising the exhumation of late dictator Francisco Franco. The sensitive decision to move Franco's remains from his vast mausoleum near Madrid was approved by a vote of 172 in favour, two against and 164 abstentions. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)

Les députés espagnols ont approuvé jeudi le décret du gouvernement socialiste autorisant l’exhumation des restes du dictateur Francisco Franco de son mausolée près de Madrid.

La chambre a approuvé le texte par 172 voix pour, deux contre et 164 abstentions. “Justice. Mémoire. Dignité. Aujourd’hui, l’Espagne fait un pas historique (…) Aujourd’hui, notre démocratie est meilleure”, a réagi Pedro Sanchez sur Twitter.

Pedro Sanchez, arrivé au pouvoir début juin, a fait de l’exhumation de Franco du “Valle de los Caidos”, complexe monumental à 50 kilomètres de Madrid, l’un de ses principaux chevaux de bataille.

Francisco Franco, vainqueur d’une sanglante guerre civile (1936-1939) et qui a dirigé l’Espagne d’une main de fer jusqu’à sa mort en 1975, est enterré au Valle de los Caidos dans une tombe à son nom, toujours fleurie.

“Une anomalie extraordinaire”
Le mausolée a été construit sous son régime, en partie par des prisonniers de guerre républicains, et se voulait un lieu de “réconciliation” entre les deux camps de la guerre civile. Les corps de quelque 27.000 combattants franquistes et 10.000 opposants républicains, reposent aussi à cet endroit, dans une crypte.

Devant la chambre, la vice-présidente du gouvernement Carmen Calvo a appelé à en finir avec “une anomalie extraordinaire qui consiste à avoir un dictateur dans un mausolée d’État et dans un lieu où il puisse être exalté”. “Il n’y aura ni respect, ni honneur, ni concorde tant que les restes de Franco seront au même endroit que ceux de ses victimes”, a-t-elle soutenu.

Une exhumation avant la fin de l’année?
Le gouvernement a affirmé son intention de mener à bien l’exhumation d’ici à la fin de l’année. La Fondation Franco et les descendants du dictateur, farouchement opposés à l’exhumation, ont prévenu qu’ils utiliseraient “tous les recours légaux” pour s’y opposer mais ont admis fin août qu’ils prendraient en charge sa dépouille si l’exhumation avait lieu.

La mémoire de guerre civile et de la dictature de Franco continue de diviser en Espagne. La gauche prétend rendre justice aux victimes de la guerre et de la répression, dont des milliers sont encore enterrés dans des fosses communes à travers le pays. Les conservateurs du Parti populaire, qui se sont abstenus lors du vote comme les libéraux de Ciudadanos, accusent eux la gauche de rouvrir les blessures d’un passé douloureux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here