Un lobby envisage de saboter l’action européenne pour le climat

0
135
People walk by the European Commission’s Berlaymont building in Brussels, on September 22, 2014. Belgian authorities confirmed they had made several arrests as they sought to prevent jihadist fighters or sympathisers with the Islamic State extremist group from carrying out attacks against the European Commission’s Berlaymont building. AFP PHOTO/Emmanuel Dunand
Avec 30 lobbyistes basés à Bruxelles et une dépense annuelle de plus de 4 millions d’euros, BusinessEurope est un des groupes d’intérêt commercial les plus influents dans le processus d’élaboration des politiques de l’UE. © afp.

BusinessEurope, l’un des plus grands groupes de pression auprès des institutions de l’UE, s’apprête à saboter les ambitions européennes de lutte contre le réchauffement climatique, dénonce l’organisation de protection de l’environnement Greenpeace. Pour étayer son propos, cette dernière s’appuye sur un document interne au lobby dévoilé mercredi par la presse.

Les ambitions en question sont celles du commissaire européen au Climat et à l’Energie, Miguel Arias Cañete. L’Espagnol propose en effet une réduction des émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 45% à l’horizon 2030.

Cette approche ne semble pas trouver grâce aux yeux de l’association patronale BusinessEurope, qui décrit dans le document dévoilé par Greenpeace comment elle “s’opposera aux ambitions” et “défiera le processus”. La note suggère entre autres aux membres “de faire passer des messages positifs sur l’action pour le climat, tant que ceux-ci ne restent que des déclarations, sans incidence sur les législations”.

Grande influence
Avec 30 lobbyistes basés à Bruxelles et une dépense annuelle de plus de 4 millions d’euros, BusinessEurope est un des groupes d’intérêt commercial les plus influents dans le processus d’élaboration des politiques de l’UE. Il représente 40 fédérations professionnelles et 70 multinationales comme Microsoft, Google, Facebook, Bayer, Total ou Ford – qui paient pour siéger dans son groupe de soutien consultatif -.

“L’opposition de BusinessEurope à tout progrès climatique est bien connue, mais c’est la première fois que cela sort de manière si explicite” indique Martin Pigeon, un porte-parole de Corporate Europe Observatory, une ONG qui plaide pour une plus grande transparence et régulation des activités de lobbying. A deux mois de la COP24 qui aura lieu en Pologne, ces révélations semblent illustrer une incompatibilité entre les enjeux environnementaux et les intérêts économiques des multinationales.

Sollicités par l’organisation de protection de l’environnement Greenpeace, Google, Facebook et BusinessEurope n’ont pas voulu s’exprimer sur la question.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here