L’AFP projette de réduire ses effectifs pour revenir à l’équilibre

0
75

Le PDG de l’Agence France-Presse Fabrice Fries a annoncé jeudi en conseil d’administration un projet de suppression nette de 125 postes sur cinq ans, sans départs contraints, dans le cadre d’un “plan de transformation” qui vise à ramener le résultat net de l’entreprise à l’équilibre en 2021.

Ces réductions de postes, qui représentent environ 5% des effectifs de l’agence à fin 2017, permettraient selon la direction de limiter la progression des charges de l’AFP, laquelle, sans “action correctrice profonde”, et couplée à une légère érosion des recettes commerciales, provoquerait un déficit d’exploitation cumulé de 90 millions d’euros sur les cinq prochaines années.

Dans le détail, le plan présenté par le PDG prévoit le non-remplacement de 160 départs naturels, avec la mise en place d’un dispositif d’incitation au départ (sachant que 258 employés atteindront 65 ans d’ici 2023, dont deux tiers de journalistes), et, en parallèle, 35 recrutements.

Les 125 suppressions nettes se répartiraient entre 85 au sein des personnels techniques et administratifs, et 40 chez les journalistes.

Avec ces mesures, la direction veut en tout réduire de 16,5 millions d’euros les coûts de l’agence en 2023, dont 14 millions au niveau des charges de personnel, par rapport à leur évolution “tendancielle”: la progression de ces charges serait ramenée à 1,3% par an, contre 2,4% dans le scénario d’évolution “tendancielle”.

La direction ne prévoit pas de lancer un plan de sauvegarde de l’emploi ni un plan de départs volontaires, qui seraient trop onéreux, mais souhaite lancer avec les syndicats la négociation d’un accord de GPEC (gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences) d’ici la fin de l’année.

Parallèlement, la direction veut mettre en oeuvre dans le cadre de ce “plan de transformation” l’objectif de croissance des activités annoncé en juillet par M. Fries, qui vise à générer 30 millions d’euros de recettes commerciales supplémentaires sur 5 ans, grâce à des investissements dans l’image (vidéo, photo…).

Pour financer ce plan, qui devrait coûter 21 millions d’euros d’ici 2023 (dont 13 millions de mesures d’accompagnement des départs et 8 millions d’investissements), l’AFP a demandé à bénéficier d’une aide du Fonds de transformation de l’action publique (FTAP), à hauteur de 17 millions d’euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here