BM- Nouvel indice du capital humain : Un baromètre de mesure des pertes de productivité économique

0
126

Les travaux de recherche publiés aujourd’hui, par la Banque mondiale fournissent aux responsables publics une preuve incontestable des effets bénéfiques durables que peut apporter une amélioration de la santé et de l’éducation des enfants sur le revenu des populations et des pays. Le nouvel indice du capital humain mis au point par la Banque mondiale, permet de mesurer les pertes de productivité économique, subies par les pays qui sous-investissent dans leur population.

Le capital humain, à savoir l’ensemble des connaissances, des compétences et des conditions de santé que les personnes acquièrent au cours de leur vie, est un des facteurs essentiels à l’origine de la croissance économique, soutenue et de la réduction de la pauvreté, observées dans beaucoup de pays au cours du XXe siècle, surtout en Asie de l’Est. « Le capital humain est souvent le seul capital des personnes les plus pauvres. C’est un des facteurs essentiels d’une croissance économique durable et inclusive. Pourtant, les investissements dans la santé et l’éducation n’ont pas reçu l’attention qu’ils méritent. 

Cet indice établit un lien direct entre l’amélioration de la santé et l’éducation des populations, la productivité et la croissance économique. J’espère qu’il encouragera les pays à prendre des mesures urgentes et à investir plus et mieux dans leur population », explique le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

La barre devient plus haute pour tous“, poursuit Jim Yong Kim. Tous les pays, peu importe leurs niveaux de revenus, doivent développer leur capital pour pouvoir soutenir la concurrence dans l’économie du futur.,

L’indice du capital humain précise le document mesure  le niveau de capital humain qu’un enfant né aujourd’hui, est susceptible d’atteindre d’ici ses 18 ans. Compte tenu des services de santé et d’éducation dans son pays. Il mesure la distance qui sépare un pays d’une situation optimale de scolarisation et de santé. Cette mesure intègre trois facteurs, dont une survie, un enfant né aujourd’hui, atteindra-t-il l’âge d’aller à l’école. Ensuite, une scolarité sur la durée de sa scolarité et ses acquis. Et, une santé de cet enfant, portant sur un système scolaire en bonne santé. Ce système devrait permettre à l’enfant d’être prêt à poursuivre ses études ou à entrer sur le marché du travail à l’âge adulte.

« L’indice du capital humain reflète la productivité future d’un enfant né aujourd’hui, comparée à celle qu’il aurait pu atteindre s’il avait bénéficié de conditions de santé optimales et d’une scolarisation complète et de qualité. Il est calculé sur une échelle de 0 à 1, 1 représentant la meilleure note possible. Un indice national de 0,5, par exemple, signifie que le « potentiel économique » futur de la population (et du pays dans son ensemble) est amputé de moitié. Ce qui se chiffre, sur 50 ans, à de lourdes pertes économiques, avec une réduction annuelle de 1,4 % de la croissance du PIB », renseigne la source.

Leral

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here