23 C
Dakar,sn
Thursday, November 15, 2018
Accueil Santé SANTE – Les avantages de dormir sans culotte

SANTE – Les avantages de dormir sans culotte

0
105
La culotte ne sert à rien la nuit, en général. Par contre, elle maintient l’entrejambe humide et chaud, quand elle est synthétique. C’est l’occasion pour les champignons (mycoses) de proliférer.

Si la culotte est en coton, elle provoque des sécheresses (le coton absorbe l’humidité), ce qui n’est pas bon non plus. Chaque fois qu’on bouge, le tissu frotte, inutilement et provoque des irritations.
Mais surtout, la culotte transmet des germes de l’intestin vers les voies urinaires, augmentant le risque d’infection (cystite). Les personnes qui ont des cystites à répétition doivent prendre conscience qu’elles ne se protègent pas en portant une culotte la nuit. C’est le contraire !

Rappelons que, sans remonter à nos ancêtres qui vivaient en pagne, voire nus dans la nature, notre entrejambe a toujours été bien aéré. Les hommes de l’Antiquité portaient des toges, ou tuniques, qui laissaient leurs «parties» danser joyeusement à l’air libre – mais à l’abri des regards.

Les femmes, en tuniques ou en robes, n’avaient pas de «dessous», et encore moins des dessous qui leur comprimaient les muqueuses… Jusqu’à la Révolution Française, elles portaient de longues robes, avec des jupons, éventuellement des bas retenus par une « jarretière », c’est-à-dire un ruban placé au-dessus du genou.
Mais pas de «petite culotte» sous les jupons.
La culotte était à cette époque un habit exclusivement masculin. Elle se rapprochait du pantalon. C’était la marque des «Messieurs» de la haute-société, par opposition bien sûr aux « sans-culotte » de la populace, qui portaient de très larges pantalons rappelant les «braies» des Gaulois.

Au 19e siècle, les petites filles se mettent à porter des culottes, à savoir des pantalons en drap blanc sous la jupe. On se souvient des gravures des «petites filles modèles» de la Comtesse de Ségur, avec de telles culottes bouffantes qui leur permettaient de jouer au cerceau ou faire des galipettes en public sans risque.

Sans doute attendries par ce spectacle, les femmes se rendent comptent à leur tour de l’intérêt de porter un tel pantalon sous leur jupe. Comme les danseuses de saloon dans Lucky-Luke, elles gagnent ainsi en liberté de mouvement, n’ayant plus à craindre qu’on leur soulève leur jupe.

A la fin du 19e siècle, hommes, femmes et enfants portent tous des culottes, mais la longueur des jambes s’est progressivement raccourcie. On parle de caleçon, plutôt que de culotte.
Source : Santé Nature Innovation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here