Jeux vidéo: la carte de la nostalgie pour terminer l’année

0
222
Pour achever l’année, les éditeurs de jeux vidéo jouent la carte de la nostalgie, entre une réédition de la console Playstation et un nouvel épisode de “Smash Bros” de Nintendo où s’affrontent plusieurs personnages mythiques de cette industrie.

– Playstation Classic –

En 2016, Nintendo a connu le succès avec une version miniaturisée de sa célèbre machine NES, sortie au milieu des années 1980, fournie avec ses jeux les plus emblématiques, avant de recommencer l’année suivante avec la Super Nintendo.

Cette fois, c’est son rival japonais Sony qui se lance sur ce marché avec la Playstation Classic, sa première console, livrée avec deux manettes et vingt titres.

Parmi ces derniers, quelques classiques comme “Metal Gear Solid”, “Resident Evil” ou “Final Fantasy VII” et des productions moins connues du grand public, à l’image de “Wild Arms” ou “Mr Driller”.

Si l’éventail est assez large pour pouvoir plaire à différents types de joueurs, quelques productions incontournables et indissociables de l’ère Playstation (“Gran Turismo” pour n’en citer qu’une) manquent à l’appel.

Celles présentes sont identiques aux versions sorties il y a une vingtaine d’années mais quasi-systématiquement en anglais, y compris quand une édition française existe. C’est par exemple le cas pour “Final Fantasy VII”, ce qui pourra rebuter certains joueurs.

Ceux qui ont connu ces titres au moment de leur première commercialisation pourront être tentés car l’effet nostalgie fonctionne. Mais la sélection retenue manque d’envergure par rapport à la richesse du catalogue de la console.

(“Playstation Classic” – Par Sony)

– Super Smash Bros Ultimate –

Parmi les grands classiques de Nintendo, aux côtés de “Super Mario”, “Mario Kart” ou “The Legend of Zelda”, la série “Smash Bros” s’est imposée comme le jeu de combat de référence des consoles du groupe japonais.

Ce dernier volet en date fait office de compilation de tous ses prédécesseurs, puisqu’il rassemble quelque 70 combattants issus de toute la galaxie du jeu vidéo, et pas seulement provenant des rangs de Nintendo. Au menu: Mario, Donkey Kong, Solid Snake de “Metal Gear”, Ryu de “Street Fighter” ou encore Pac-Man.

“Nous avons réussi à avoir plein de personnages de différents éditeurs, plus de 100 niveaux venant de nombreux jeux, environ 800 musiques… C’est en quelque sorte une encyclopédie du jeu vidéo”, a expliqué à l’AFP Clément Baelen, chef de marque chez Nintendo France.

Le principe n’a pas changé et il s’agit toujours de faire sortir les adversaires de l’arène, en utilisant divers bonus et armes qui apparaissent aléatoirement.

S’il est possible de jouer seul, avec notamment une longue aventure durant laquelle se succèdent des combats agrémentés de défis, “Super Smash Bros Ultimate” prend toute sa saveur à plusieurs et devient l’un des titres du genre les plus amusants.

Il n’en reste pas moins technique car chaque personnage a des caractéristiques propres. Avec de l’entraînement, un personnage semblant inoffensif peut se révéler redoutable, ce qui pourra combler les joueurs acharnés comme les occasionnels.

Malgré la profusion de détails à l’écran, l’action reste toujours lisible, y compris lorsque la console Switch est utilisée dans sa version nomade.

(“Super Smash Bros Ultimate” – Edité par Nintendo – Disponible sur Nintendo Switch)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here