Smart cities : des modèles locaux pour réussir l’implémentation

0
291
Dans nos pays, vu la croissance démographique et l’urbanisation galopante, il est possible de développer des pôles urbains à partir de zéro.

Le concept de Smart city renvoie à deux choses. D’abord, il fait référence à des pratiques, des modèles qui ont été développés ailleurs. On en trouve beaucoup en Asie, notamment en Corée du Sud. Ce sont des modèles de villes nouvelles ou de quartiers au sein de ces villes développées avec l’idée de la Smart city en tête. D’un autre côté, en Afrique et dans les pays en développement, l’on a des circonstances particulières qui sont à la fois une opportunité et un challenge. L’opportunité est que nous sommes dans des pays en construction, offrant la possibilité d’imaginer et de construire des villes à partir de zéro, par rapport à des pays beaucoup plus matures où les modifications de l’infrastructure sont difficiles à réaliser.

Dans nos pays, vu la croissance démographique et l’urbanisation galopante, il est possible de développer des pôles urbains à partir de zéro. Il faudrait penser dès le départ à faire des choix pertinents qui permettront d’avoir des principes de mobilité efficace, en réduisant la consommation de carburant et le temps de transport dans une ville. Ensuite, il faudrait pouvoir faire des choix de matériaux et dans la conception des bâtiments permettant de réduire la consommation d’énergie, notamment au sein des établissements publics. C’est là que se trouvent les opportunités pour nous autres pays africains. Maintenant, en termes de challenge, lorsque l’on veut s’inspirer de modèles extérieurs, il est essentiel de garder en tête que nous avons nos propres usages dans nos pays. Quand on dit « usage », ce sont particulièrement les usages dans le domaine du social et de la mobilité. Il faut que la configuration des Smart cities tienne compte des usages particuliers et qu’elle s’adapte finalement à la réalité des pays.

Un de nos collègues travaille sur un programme appelé « green mosques» ou « mosquées vertes » en Tunisie. Autre exemple, pour parler de mobilité dans les transports, il est inutile d’aller dans un pays où il n’est pas habituel d’utiliser les deux roues, le vélo et d’inclure cet usage dans la configuration d’une Smart city. La Smart city, c’est aussi la création d’emplois, la connectivité et la gestion des déchets. Elle ne nécessite pas uniquement la mise en place de l’infrastructure, mais aussi l’accompagnement, en termes de politiques, de règles et de sensibilisation. Il ne s’agit pas uniquement d’infrastructures, mais également d’une étude des normes culturelles, locales, pour arriver à une implémentation efficace des projets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here