E-cigarette : certains liquides aromatisés endommageraient les poumons

0
122
Des chercheurs américains ont identifié deux produits chimiques susceptibles d’endommager la production des cils bronchiques, dont le rôle est essentiel pour rejeter les poussières inhalées vers l’extérieur des poumons.

Alors qu’une nouvelle étude britannique confirme l’efficacité de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique, des nouvelles recherches menées par la Harvard T.H. Chan School révèlent que certains produits aromatisés largement utilisés pour vapoter altèrent le fonctionnement des cils dans les voies respiratoires.

Comme les cils des paupières ont pour mission de protéger l’œil de la poussière et des particules étrangères, ces microscopiques poils constituent la première ligne de défense des poumons. Ils débarrassent l’air inspiré des débris qu’il transporte, et jouent ainsi un rôle clé pour qu’un individu respire facilement et sans irritations.

RISQUES DE MALADIES PULMONAIRES

Dans cette étude, publiée dans le Scientific Reports le 1er février, les chercheurs ont examiné l’impact des produits chimiques aromatisés sur les cellules épithéliales des poumons, c’est-à-dire les cellules tapissant la surface de ces organes. Pour cela, dans un système imitant les voies respiratoires humaines, ils ont exposés celles-ci aux liquides utilisées dans les cigarettes électroniques, notamment le diacétyle et de la 2,3-pentanedione.

Or ils ont découvert que tous deux étaient liés à des modifications de l’expression des gènes qui régulent la production et la fonction des cils. Et ce, même si les cellules étaient exposées à de faibles concentrations. Dans un communiqué, les chercheurs rappellent que l’altération des cils est associée à des risques de maladies pulmonaires, telles que la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou l’asthme.

De plus, de précédentes recherches de leurs collègues avaient identifié des traces de produits chimiques aromatisants – principalement du diacétyle et du 2,3-pentanedione – dans plus de 90 % d’e-cigarettes qu’ils ont testés. « Bien que certains fabricants d’e-cig déclarent qu’ils n’utilisent ni diacétyle ni 2,3-pentandione, cela soulève une question importante : quels produits chimiques utilisent-ils donc comme aromatisants ? », s’interroge le professeur Joseph Allen, auteur principal de l’étude. Et surtout, sont-ils nocifs pour la santé ? Rappelons que la fumée d’une cigarette classique paralyse elle-aussi les cils bronchiques, rendant ainsi plus difficile pour les poumons d’expulser le mucus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here