“LE PRÉSIDENT SORTANT A UNE LONGUEUR D’AVANCE” SUR LES AUTRES CANDIDATS

0
94

L’analyste et observateur de la scène politique sénégalaise, Alioune Badara Gaye a estimé que l’élection présidentielle 2019 est “la plus ouverte” que le Sénégal ait connue malgré “la longueur d’avance” que le président sortant a sur les autres candidats

L’analyste et observateur de la scène politique sénégalaise, Alioune Badara Gaye a estimé que l’élection présidentielle 2019 est “la plus ouverte” que le Sénégal ait connue malgré “la longueur d’avance” que le président sortant a sur les autres candidats en lice.

“C’est la présidentielle la plus ouverte qu’on ait connue au Sénégal. Bien que Macky Sall ait une longueur d’avance, faudrait-il que cela soit un atout transformé parce qu’il pourrait lui servir demain pour rempiler”, a-t-il dit dans un entretien avec des journalistes.

Selon M. Gaye, “c’est sûr que le président sortant a une longueur d’avance sur les autres parce qu’étant aux commandes avec un vécu extrêmement important en politique”.

Face à Macky Sall, il y a d’abord Idrissa Seck qui a aussi un vécu politique mais qui n’a pas été aux affaires en tant que premier responsable.

“Idrissa Seck peut être un adversaire redoutable mais cela fait presqu’une décennie à chaque fois qu’il va à une élection, il est en baisse. Est-ce qu’il va rebondir ?”, s’interroge M. Gaye, ancien syndicaliste et membre du CDP-Garab-Gui d’Iba Der Thiam.

Toutefois, analyse t-il, “Idrissa Seck semble avoir fait une mutation de sa stratégie de campagne et de son discours. Cela peut peut-être le booster un peu en avant”.

A la suite du leader de la formation politique Rewmi, vient Madické Niang, un autre membre de la famille libérale qui a également occupé des postes de responsabilités dans le régime du président Abdoulaye Wade.

“Pour Madické [Niang], c’est un test grandeur nature. Ce n’est pas très évident pour lui non plus. Il a moins de chance que les deux premiers cités”, a indiqué Alioune Badara Gaye par ailleurs principal de Collège.

Pour lui, El Hadj Issa Sall et Ousmane Sonko sont des novices dans la pratique et en sont à leur première présidentielle avec des moyens financiers limités contrairement aux trois premiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here