La bonne gouvernance qui ne s’arrête pas aux slogans

0
80
En 2012, Macky Sall avait fait la promesse d’une Bonne Gouvernance. Ce point demeurait le cœur de son programme avec son slogan, (QUE) je (ou JE LE) cite « gouvernance sobre et vertueuse, la reddition des comptes, une justice sociale ». Aujourd’hui, il a en face 4 candidats qui proposent aux sénégalais 4 programmes différents, avec certes des similitudes mais le programme 1 3 15 45 porté par le candidat Idrissa seck, met en exergue les vrais canaux d’une bonne gouvernance qui ne s’arrêtent pas aux slogans et qui conduiront sur une justice indépendante et équitable.
Sur ce plan, le Président de la République ne siégera plus au conseil de la magistrature. Ceci mettra fin au débat sur l’indépendance des magistrats, un sujet qui inquiète souvent les sénégalais à chaque fois qu’une décision judiciaire est prise à l’endroit d’un acteur politique. L’indépendance de la justice, n’est possible que lorsque les acteurs de la justice qui l’incarnent sont indépendants, en l’occurrence les magistrats, d’où l’importance pour le candidat Idrissa Seck d’améliorer les conditions de travail des magistrats afin de réduire totalement le risque de la tentation de la corruption et il en a pris l’engagement oral et écrit.
Dans son PSE 2, le Président sortant parle encore de renforcement de notre système démocratique en ces mots : « La gestion vertueuse des affaires publiques, ainsi que le renforcement de notre système démocratique à travers des réformes de seconde génération que j’énonce dans ce programme présidentiel, sont plus que jamais une exigence citoyenne. Aussi à travers des réformes de seconde génération en matière de gouvernance, je vais renforcer les droits et liberté des citoyens à travers une réforme de notre système judiciaire et pénitentiaire, je renforcerai en même temps nos politiques et instruments de lutte contre la corruption. 》
Pourquoi devrions-nous le croire?
Nous savons tous qu’au début de son premier mandat, lorsqu’il était encore un Président du peuple, l’OFNAC qu’il avait créé, jouer parfaitement ce rôle mais celle qui incarnait cet organe de contrôle à savoir Mme Nafi Ngom Keita s’est vu écartée pour la simple et bonne raison qu’elle était indépendante et faisait son travail.
Cette indépendance inéluctable doit être restaurée et préservée.  Et le candidat Idrissa Seck en a pris l’engagement et l’a inscrit dans son programme 1-3-15-45.
Meissa Lo, Consultant junior en finance de marché.
ACT Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here