Réunion inédite de “Jocondes nues” cet été au domaine de Chantilly

0
107
Sensuelles, énigmatiques, effrontées: une quarantaine de “Jocondes nues” et autres dames dénudées, aïeules ou héritières de celle née dans l’atelier de Léonard de Vinci au XVIe siècle, seront réunies cet été au domaine de Chantilly (Oise) pour une exposition exceptionnelle.

Proposée à l’occasion du 500 ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, du 1er juin au 6 octobre, l’exposition “prendra la forme d’une grande enquête policière immersive, expliquant pour la première fois le résultat des analyses scientifiques menées pendant plusieurs mois sur la +Joconde nue+ du musée Condé de Chantilly”, a déclaré mardi, devant la presse, le commissaire de l’exposition Mathieu Deldicque.

“Elle va aussi réunir toutes les Jocondes nues” et descendantes possibles, soit une quarantaine d’oeuvres, dont six attribuées aux élèves de Léonard de Vinci, empruntées à des collections publiques et privées de plusieurs pays “pour pouvoir les comparer”.

Les résultats des analyses avaient été dévoilés début mars: La “Joconde nue” du Château de Chantilly, chef-d’oeuvre acquis par le Duc d’Aumale en 1862 et dont les origines ont longtemps été disputées, “a bien été réalisée dans l’atelier du grand maître, avec sa participation probable”.

“Pour comprendre la genèse de l’oeuvre, éprouvée par le temps et plusieurs fois transformée, il fallait passer par la science”, a expliqué M. Deldicque, présentant le détail des tests réalisés comme les études au microscope, à l’aide d’ultraviolets ou de réflectographie infrarouge.

Le dessin, réalisé au charbon de bois et rehauts de blanc de plomb, représente une jeune femme androgyne coiffée à l’antique, cadrée à mi-corps, aux bras masculins mais aux seins ronds et dénudés. Observant le spectateur d’un air effronté, elle esquisse un léger sourire et pose à la manière de la célèbre Mona Lisa du musée du Louvre.

L’oeuvre est un “carton”, grand dessin préparatoire, à taille de tableau, piqué de nombreux trous d’aiguille tout au long des contours afin de pouvoir reproduire la composition sur un autre support.

Qualité de l’exécution, hachures typiques des dessinateurs gauchers, technique maîtrisée du “sfumato”, qui était chère à l’artiste, contours retravaillés: les indices renvoyant à Léonard de Vinci sont nombreux. Le papier utilisé comporte aussi “un filigrane en forme d’ancre, répertorié notamment dans la Toscane de la fin du XVe siècle”.

Très fragile, le carton avait été exposé pour la dernière fois dans les années 1990, et “succinctement” en 2014.

– “Beauté idéale” –

L’exposition permettra de comparer l’oeuvre avec le portrait de Mona Lisa, qui a inspiré cette Joconde beaucoup plus érotique, la taille du dessin (74,8 cm sur 56 cm) et la position des mains étant extrêmement proches.

Elle mettra aussi côte à côte, pour la première fois, cette “Joconde nue” et plusieurs de ses “filles”, tableaux “probablement réalisés par des élèves à partir de la matrice”, comme la “Joconde nue” exposée au musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, ou celle du museo ideale Leonardo da Vinci en Toscane.

“Dame au bain” de François Clouet (National Gallery of Art de Washington), “Femmes au bain” du musée du Louvre: de nombreuses toiles plus tardives, principalement d’artistes français, présentent des similitudes avec cette intrigante composition. Léonard de Vinci “tire, lui, ses inspirations de l’Italie néoplatonicienne du XVe siècle, de ces courtisanes dénudées, intemporelles et sensuelles”, dont l’un des pionniers fut Sandro Botticelli avec sa “Simonetta Vespucci”.

“Nous allons tracer une sorte d’arbre généalogique retraçant les origines du dessin et son incroyable héritage” et permettant d’appréhender “la conception de la beauté de Léonard de Vinci: presque divine, ni masculine ni féminine, tendant vers l’idéalisation, l’universalité”, s’enthousiasme Mathieu Deldicque.

Les visiteurs pourront aussi découvrir les appartements privés du Duc et de la Duchesse d’Aumale, “seuls appartements de la monarchie de Juillet arrivés jusqu’à nous” réouverts fin février après près de deux ans de travaux, une exposition consacrée au décorateur Eugène Lami, ou encore, à partir d’octobre, une autre dédiée au tricentenaire des Grandes écuries du Château.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here