Fin de la crise au Cesti : Tout est bien qui finit bien.

0
212
Réunie en assemblée générale hier, la section Saes-Cesti se réjouit de la signature d’un protocole d’accord avec la directrice de l’école. Le syndicat l’accusait de tentatives d’intimidation, de chantage et d’intoxication exercées à l’endroit du personnel d’enseignement et de recherche (PER), des étudiants et des enseignants vacataires, pour faire échec au débrayage de la Section Saes-Cesti. Un protocole d’accord, comportant 14 points à incidences exclusivement pédagogiques, a été finalement signé par les parties prenantes le vendredi 15 mars 2019, suite aux initiatives rectorales pour trouver une issue à la crise qui secoue l’établissement depuis le 05 février 2019. La section Saes-Cesti a ainsi décidé de lever son mot d’ordre de débrayage après la satisfaction de tous les points de sa plateforme revendicative. Elle exhorte cependant ses camarades à rester très vigilants sur la mise en œuvre exhaustive des points d’accord, selon les délais convenus dans ledit protocole
La Section Saes-Cesti s’en prend au Sudes/ESR 
Après avoir fumé le calumet de la paix avec la Directrice du Cesti, la Section Saes-Cesti s’en est pris à ses camarades du Sudes/Esr. Ils reprochent en effet au Sudes/Esr d’avoir voulu jeter en pâture l’honorabilité, la crédibilité et le sens élevé des responsabilités de collègues PER. Ils qualifient de mensongères les allégations du Sudes/Esr, selon lesquelles des «attaques sexistes» ont été proférées contre la directrice du CESTI. A les en croire, la Section Saes-Cesti avait juste pointé du doigt les multiples dysfonctionnements institutionnels de l’école. Ils ont pour noms la suppression ou l’introduction de cours sans l’avis du comité pédagogique, la réduction unilatérale du volume horaire de certains cours à l’insu des collègues (PER ou vacataires), le non-respect des prérogatives dévolues aux chefs de département, le retrait des techniciens des séjours pédagogiques, la signature de conventions de partenariat à incidences pédagogiques, la rénovation d’un bloc situé dans une zone pédagogique pour en faire un réfectoire des PATS en dépit des risques d’incendie et de nuisances sonores, un projet d’édification d’une cantine destinée aux étudiants dans le jardin du CESTI, à proximité des salles de cours, etc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here