22.5 C
Dakar,sn
Thursday, May 23, 2019
Accueil Contributions Par (Oumar sow Diagne): Le départ de Serigne Mbaye Thiam, une avancée...

Par (Oumar sow Diagne): Le départ de Serigne Mbaye Thiam, une avancée significative?

0
148
Le premier gouvernement de l’acte 2 de l’ère Macky Sall est en place. Sont nombreux les enseignants qui se réjouissent de la migration de Serigne Mbaye Thiam hors du territoire éducatif. Ce qui est compréhensible, vu les multiples épisodes de confrontation qui les ont opposés. Le ministre n’a cédé à aucune pression. Borné, opiniâtre, tenace ? Les avis sont partagés. Et toutes les mesures prises pour/contre les enseignants peuvent également être mises à son compte mème si certains les mettent sur le dos du président de la République qui définit les politiques éducatives. 

Faudrait-il se réjouir du départ de Serigne Mbaye Thiam?
Oui! Cela contribue à pacifier un tant soit peu l’espace socio-éducatif.
Oui, parce que la confiance avec les acteurs que sont les enseignants n’était plus solide.
Oui parce que l’on ne peut gérer des enseignants comme des malfrats.

Cependant penser que les conditions des enseignants vont s’améliorer parce qu’un ministre a changé, relève de la naïveté.

Son remplaçant Mamadou Talla pourra-t-il être plus royaliste que le Roi? Pourra-t-il s’engager plus que la population elle même?

Car là se situe le noeud de l’histoire. En effet toute la problématique de la question enseignante réside dans le fait qu’elle est transversale et se meut dans un écosystéme de responsabilités indépendantes les unes des autres mais contrôlé au centre par le Président de la République dont les choix et la vision orientent la marche du tout.

Aussi remplacer un pneu crevé pour continuer à rouler sur une route cahoteuse et parsemée d’écueils, est une aberration; C’est de voie qu’il faut changer, la déblayer et reconstruire le cas échéant.

Publicité

Les réformes attendues dans l’éducation ne passeront que par une forte volonté politique du Président de la République, impulsée et imposée par une prise de conscience des populations sur l’état actuel de ce secteur. En effet l’ignorance de la majeure partie de la population sur la déliquescence du système éducatif est révoltant.

Exemple: Comment expliquer qu’un pays qui injecte 40% de son budget dans l’éducation puisse laisser une bonne partie de son école aux mains des privées sans contrôle?

Tant que les populations ne s’approprieront pas les problèmes de l’école,

Tant qu’elles ne se rendront pas compte de l’inadéquation de ce système,

Aucune forme de changement ne saura être efficiente, car l’Education est et demeure l’affaire de Tous.

Par conséquent, la bataille de tout enseignant devrait être la sensibilisation sur l’état actuel du système éducatif, les horizons noirs vers lesquels l’école sénégalaise vogue. La situation incongrue des enseignants est une conséquence de l’inconséquence de l’école sénégalaise. Sa résolution est fondamentalement liée au sort de cette dernière, mais en sur-priorité.

Donc le changement de paradigme dans la conception même de l’école, le tréfonds de la politique éducative, avant les améliorations indispensables des conditions de travail et de vie des différents acteurs: nous enseignants en particuliers.

Tous pour la refondation de l’Ecole sénégalaise !
Oumar Sow Diagne
Enseignant
Auteur/Ecrivain

Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here