3 idées reçues autour du sommeil qu’il faut oublier

0
176
Des chercheurs américains se sont intéressés aux idées reçues les plus répandues concernant le « bien dormir ». Leurs conseils.

« Comment bien dormir ? » : voici une question qui ne se démode jamais ! Selon une étude INSV / MGEN menée en 2015, 73 % des Français se réveillent au moins une fois par nuit, 25 % somnolent durant la journée, 16 % souffrent d’insomnie et 33 % déclarent avoir des « troubles du sommeil ».

Pour mieux dormir, les remèdes de grand-mères ont la cote… et certains sont carrément insolites ! Justement : dans une étude publiée ce mardi 16 avril 2019 dans la revue spécialisée Sleep Health, des chercheurs de la NYU School of Medicine (aux États-Unis) se sont intéressés aux 3 idées reçues les plus répandues concernant le sommeil.

Pour cela, les chercheurs américains ont passé en revue 8000 sites internet afin de dégager les 20 mythes les plus courant concernant le « bien dormir ». Trois idées reçues ressortent particulièrement : pour passer une nuit digne de ce nom, il faudrait dormir 5 heures maximum ; le ronflement n’est pas grave ; boire un verre d’alcool avant de coucher permet de bien dormir.

L’alcool avant de dormir, à éviter

Les chercheurs américains rappellent d’abord qu’il est nécessaire de dormir au moins 7 heures par nuit pour rester en bonne santé – le mythe des 5 heures de sommeil est, selon eux, le plus dangereux à long terme. Si le ronflement, quant à lui, peut effectivement s’avérer sans conséquences pour la santé, il peut également s’agir d’un symptôme d’une apnée du sommeil : les chercheurs nous conseillent donc de consulter en cas de ronflement très prononcé.

Enfin, la consommation d’alcool avant de s’endormir retarde la survenue du sommeil profond : ce « sommeil réparateur » joue un rôle majeur dans la récupération physique et la restauration de l’énergie.

Les chercheurs reconnaissent toutefois que certains « mythes » autour du sommeil divisent toujours la communauté scientifique : ainsi, la grasse matinée durant le week-end pourrait perturber l’horloge biologique… ou, au contraire, avoir un impact positif sur l’organisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here