Le centre fédéral Myria plaide pour un rejet clair des pushbacks en Europe

0
91

Le centre fédéral Migration, Myria, a réitéré mercredi son plaidoyer en faveur d’un rejet clair des refoulements (pushbacks) de bateaux de migrants en route vers l’Europe.

A l’échelon européen, un véritable changement de paradigme semble se produire, analyse Myria dans un document qu’il publie simultanément à son rapport annuel.
“Une série de mesures politiques européennes se sont de plus en plus, ces dernières années, concentrées sur la réduction de l’afflux ‘irrégulier’ de demandeurs d’asile dans l’UE et l’externalisation des responsabilités en matière d’asile vers des pays tiers”, constate le centre fédéral.

D’après lui, “des pratiques persistantes, voire structurelles, de pushbacks” sont également observées aux frontières extérieures de l’UE dans plusieurs pays, et ce malgré le fait qu’elles sont contraires au droit international et européen. Ces pratiques ne sont “pas explicitement promues ou condamnées politiquement, et sont même parfois banalisées”, déplore Myria, qui plaide pour que la Belgique s’oppose clairement à ces mesures de refoulement.

Le centre insiste sur la nécessité de miser au niveau européen sur les voies d’accès légales pour les personnes en besoin de protection internationale et rappelle qu’il convient de “lutter contre les réseaux de passeurs et pas contre les victimes”.
Dans son rapport annuel, Myria donne en outre toute une série de données chiffrées sur la migration en Belgique. On peut notamment y lire que le pays a enregistré 139.815 immigrations d’étrangers et 81.825 émigrations d’étrangers en 2017. Il en résulte un solde migratoire de 57.990 étrangers.

Le document indique aussi que 19.038 personnes ont demandé l’asile en Belgique l’année dernière, soit un quart de plus qu’en 2017. Un tiers de toutes les demandes d’asile provenait de Syriens et de Palestiniens. En moyenne, 52,5% des décisions sont positives.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here