Me Ousmane Sèye: «Les contrats de Petro-tim ne sont pas renégociables»

0
131

Au lieu de se tirer dessus sur la question de la gestion du pétrole et du gaz du Sénégal, Me Ousmane Seye, joint par “Libération”, appelle les acteurs du pouvoir et de l’opposition à la solidarité pour le bien des populations.

C’est un secret de Polichinelle. Depuis quelques jours en effet, l’opposition plaide pour la renégociation des contrats pétroliers et gaziers octroyés à Frank Timis et pour lesquels, estime-t-elle, le Sénégal a perdu beaucoup de milliards sous le sceau de la corruption.

Toutefois, Me Ousmane Sèye, avocat de l’Etat du Sénégal interpellé par Libération, est d’avis que renégocier un contrat dûment contracté en droit interne et selon la pratique au niveau international en la matière, ne peut être possible que si et seulement si, une des parties a subi un préjudice énorme. Ce qui, affirme- t-il, n’est pas le cas en l’espèce. «Ceux qui plaident pour la renégociation des contrats pétroliers et gaziers du Sénégal dans Saint-Louis et Cayar offshore profonds signés avec Petro-Tim, ne connaissent rien ou ne maîtrisent pas les textes en vigueur», explique-t-il.

«La convention entre Petro-Tim et le Sénégal signée le 17 juillet 2012, a respecté, entièrement, les dispositions de la loi de 1998 portant code pétrolier. Cette loi n’a nullement été violée au point de nécessiter la renégociation. Elle est aussi conforme aux orientations de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie) à laquelle le Sénégal a adhéré librement en 2013. Ceux qui ont lu ses termes, ne le contestent pas», a ajouté Me Ousmane Sèye, répondant d’autre part, à ceux qui parlent de transparence.

A l’en croire, c’est par souci justement de transparence, que le Président de la République a fait voter la loi sur le Contenu local afin de préserver à l’avenir, les intérêts du Sénégal. Suffisant pour lui, de laisser de côté, les débats politiciens et de se consacrer sur l’essentiel pour le bien des populations présentes et futures, afin de mieux bénéficier de la rente des revenus du pétrole et du gaz. «Ce que l’on doit faire, c’est d’être solidaires dans l’exploitation du pétrole et du gaz. Nous devons renforcer la loi sur le Contenu local et essayer de mettre en œuvre, par un consensus fort, ladite loi pour que le pétrole soit une bénédiction et non une malédiction pour le Sénégal», a-t-il plaidé, appelant toutes les forces vives de la Nation à ne pas se laisser divertir par des puissances étrangères capables de jeter de l’huile sur le feu et nous mettre les uns contre les autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here