Ameth Amar : un homme “discret”, un “mécène” et “un capitaine d’industrie”

0
279

Dakar,(APS) – Un homme “travailleur, discret et respectueux”, “un mécène”, “un capitaine d’industrie” : les hommages se multiplient depuis l’annonce du décès de l’homme d’affaires Ameth Amar dont la dépouille est attendue au Sénégal.

Le chef de l’Etat salue “un grand industriel travailleur, discret et respectueux”.

“J’ai appris, avec émotion, le rappel à dieu d’Ameth Amar. A sa famille et à ses proches, j’associe mes prières pour le repos de ce grand industriel travailleur, discret et respectueux”, a témoigné le chef de l’Etat, Macky Sall, dans un tweet repris par le quotidien national Le Soleil.

Le président directeur général de la Nouvelle minoterie africaine (NMA), Ameth Amar, est décédé ce lundi à Paris (France), à l’âge de 65 ans, des suites d’un malaise. Le défunt, fondateur de la société agroalimentaire NMA, est considéré comme l’un des chefs d’entreprise les plus influents et les plus fortunés du Sénégal.

La Nouvelle minoterie africaine est une entreprise industrielle sénégalaise qui produit de la farine de blé, de l’alimentation pour bétail, de la volaille, de l’alimentation pour poissons et des pâtes.

Pour le recteur de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Ibrahima Thioub, Ameth Amar, membre du conseil d’administration de la Fondation Ucad, était un “allié” et un “philanthrope irremplaçable”.

“Il était présent à toutes nos réunions en dépit de son agenda très chargé”, a fait savoir Ibrahima Thioub dans Le Quotidien, soulignant que M. Amar, en plus de la mise en relation qu’il effectuait entre l’Ucad et d’autres entreprises de la place, “contribuait massivement à résoudre tous les problèmes de l’université”.

“Tout récemment, nous étions confrontés à un problème d’évacuation d’un de nos étudiants gravement malade. Amet Amar avait résolu le problème en nous donnant les cinq millions dont on avait besoin pour l’évacuation”, a fait savoir le recteur de l’Ucad.

Le défunt avait, entre autres actions, offert un bus et une contribution de dix millions de FCFA pour le transport des étudiants handicapés physiques, a-t-il ajouté, soutenant que l’Ucad n’exclut pas de perpétuer sa mémoire.

“Avec la disparition de notre frère, notre ami et compagnon de route Ameth Amar, nous avons perdu un grand capitaine d’industrie, un bâtisseur de rêves et d’espérances mais aussi de belles solides structures qui font la fierté du secteur privé national”, réagit le président du Club des investisseurs sénégalais, Babacar Ngom, dans un communiqué publié par le journal Enquête.

Le quotidien Le Soleil présente Ameth Amar “comme l’un des chefs d’entreprises les plus fortunés du Sénégal”. Le journal souligne que “ses prouesses dans le secteur industriel lui on valut d’être élevé au rang de chevalier de l’ordre national en juin dernier”.

MK/OID/ASB

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here