Diourbel : le marché bien approvisionné en oignon et pomme de terre

0
197

Diourbel, (APS) – Le marché de Diourbel est bien approvisionné en oignon et pomme de terre pour les besoins de la fête de la Tabaski, a assuré le commissaire aux enquêtes économiques, Amadou Touba Niane, chef de service régional de commerce de Diourbel.

’’Globalement, nous sommes en train de suivre le marché et il est bien approvisionné en oignon, en pomme de terre même s’il faut relever le faible niveau de ces deux denrées à Bambey’’, a-t-il dit dans un entretien avec la presse.

Il a indiqué que depuis un certain temps, les prix de ces deux denrées sont ’’en train de monter’’ parce que ’’déterminés par le libre jeu de la concurrence’’.

’’Les prix de la pomme de terre et de l’oignon sont libres. Ils sont déterminés par le libre jeu de la concurrence. Aujourd’hui, on ne peut qu’encadrer, faire en sorte qu’il y ait le maximum de stocks possible pour pouvoir jouer sur les prix’’, a expliqué M. Niane.

Le prix de la pomme de terre varie entre 450 FCFA et 600 FCFA le kg dans les trois départements (Diourbel, Mbacké et Bambey).

’’A Diourbel, pour ce qui est de la pomme de terre, nous sommes entre 450 et 500 francs CFA, Mbacké entre 500 et 600 francs CFA parce qu’il y a beaucoup plus d’intermédiaires et à Bambey, nous sommes autour de 500 francs’’, a-t-il relevé.

Pour ce qui est de l’oignon, les prix sont entre 400 FCFA et 500 FCFA le Kg tenant compte de la chaîne des intermédiaires.

A Diourbel pour l’oignon, ’’nous sommes à 400 et 500 francs autour de 425 francs à Mbacké, il y a moins d’intermédiaires à ce niveau qu’à Touba’’, a souligné le commissaire, notant qu’à Bambey, le prix au Kg tourne autour de 450 francs.

Selon lui, le seul problème qui se pose est le manque de ‘’fluidité’’ dans l’approvisionnement avec l’existence d’intermédiaires entre les grossistes et les consommateurs.

Il également relevé le défaut d’infrastructures de conservation de ces produits périssables dans la région de Diourbel

’’Diourbel n’a pas d’infrastructures de conservation de ces produits et ce manque-là ne contribue pas à sécuriser l’approvisionnement’’, a déploré le commissaire aux enquêtes économiques.

FD/OID/ASB

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here