«DIRECT INFO»: Huit mois d’arriérés de salaire, le SYNPICS dénonce le mutisme de Cheikh Amar

0
635

Après la section Synpics du journal Direct Info, c’est au tour du Bureau exécutif national (Ben) du Syndicat, de montrer au créneau. Bamaba Kassé et Cie dénoncent la réaction des responsables du journal qui, à la suite de la sortie des syndicalistes de la boîte réclamant 8 mois d’arriérés, avaient indiqué que la situation est la même dans toute la presse. La direction avait affirmé également qu’il n’y a jamais eu 8 mois d’arriérés.

« Sous la pression de Monsieur Pape Diogoye Faye (directeur), le comptable de l’entreprise a indiqué récemment, dans un organe de presse, qu’il ne doit rien aux travailleurs. Face à ces allégations fallacieuses, la section Synpics de «Direct-Info » va, dans les prochaines heures, déposer une plainte contre le comptable à la Gendarmerie de Colobane, pour qu’il apporte les preuves comptables », menace le syndicat.

En plus des mots, il y a les actes. Selon le Synpics, la direction a payé des salaires en zappant les syndiqués, une manière, d’après le syndicat, de leur mettre la pression. Une attitude qualifiée d’inacceptable par le syndicat qui ne compte pas laisser faire. Le Synpics s’en prend également à l’actionnaire majoritaire, considéré comme le responsable moral de toutes les difficultés des travailleurs de l’entreprise.

« Le Bureau exécutif national (Ben) du Synpics déplore, tout comme la section de « Direct-Info » le mutisme de Monsieur Cheikh Amar, propriétaire du journal, qui a décidé de laisser des pères et des mères de famille passer la fête de Tabaski sans le sou, comme ce fut le cas durant la Korité. Or, depuis plusieurs mois, les travailleurs ont essayé de le rencontrer, en vain.» Convaincu que les responsables du journal ont choisi la voie de la confrontation, le Synpics exprime sa solidarité à Massaer Dia et ses camarades et compte mener la bataille pour faire entendre raison à Pape Diogaye et Cheikh Amar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here