Maintien de la paix au Mali : La Police nationale outillée par l’Unitar

0
156

La Direction générale de la Police nationale (Dgpn) vient de renforcer son vivier de formateurs. En effet, 11 de ses cadres ont bénéficié de 8 semaines de formation pour former les Unités constituées de police (Upc) devant être déployées au sein de la Mission des Nations unies pour la stabilisation du Mali (Minusma). Cette formation a été initiée par l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar) en partenariat avec l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (Empabb), sur financement de la République fédérale d’Allema­gne.

La pertinence d’une telle approche, qui vise à contribuer aux efforts régionaux et internationaux pour maintenir la paix au Mali, consiste, selon le Commissaire de police divisionnaire Sory Ibrahim Ousmane Sidibé, «à former des formateurs locaux, c’est-à-dire des nationaux. Lesquels pourront ensuite former leurs Upc qui doivent être déployées au Mali». Et pour le coordonnateur de la formation des formateurs de Empabb-Unitar, les 11 cadres bénéficiaires de cette 3e phase du projet «sont initialement tous formateurs dans les unités, les écoles et les instituts de formation de la police sénégalaise». Qui, «pour épouser les connaissances pédagogiques, théoriques et pratiques du projet Empabb-Unitar afin de les restituer lors des stages de formation des Upc devant opérer au sein de la mission», ont été formés au total «sur 25 cours théoriques et 35 modules pratiques».

Il s’agit, surtout, cite l’officier supérieur malien, «des modules sur les droits de l’Homme, le genre mais également sur l’usage de la force qui est un module très important dans le déploiement au niveau de la mission». Aussi, poursuit-il, «de la protection des civiles, une des missions régaliennes d’une Upc mais également l’armement, les techniques de police». Sans compter «le maintien de l’ordre en cas de manifestation et les différentes techniques à employer pour éviter les tensions», entres autres… Saluant le niveau opérationnel des 11 cadres policiers formés, commissaire Sidibé pense qu’«avec la mise en application des connaissances acquises lors de cette formation ils seront de très bons formateurs» pour les Upc qui seront déployées à Gao. Un théâtre d’opération qui, de l’avis du commissaire de police divisionnaire, est actuellement «un peu calme dans la mesure où les derniers évènements qui se sont déroulés au Mali ont eu lieu surtout dans le Centre du pays». Pour dire que le projet Unitar-Empabb, qui a formé 1249 membres des Upc africaines depuis 2016, permet à ces derniers «d’exécuter leur mission régalienne avec beaucoup de professionnalisme. Et cela donne énormément de satisfaction par rapport à cette crise malienne».

Une formation saluée par le Contrôleur général, Amadou Hamady Lam, directeur du Gmi, qui indique que «la formation de nos cadres est une préoccupation essentielle de la hiérarchie». Car de l’avis de l’officier supérieur, qui a présidé la cérémonie de clôture de la formation des formateurs des Upc, «c’est seulement avec des cadres bien formés que la police pourra faire face aux défis actuels». En outre, il a annoncé la décision du Gmi «de mettre des formateurs dans les unités qui partent en mission». Une initiative louée par le commissaire de police divisionnaire Ndiagua Diop, commandant du Groupe opérationnel du Gmi à Dakar, qui explique que «c’est pour suivre et renforcer la capacité de nos hommes sur le terrain». Il explique : «Ce programme de suivi sur le terrain est conforme au programme des Nations unies qui vise également à suivre le niveau de performance de nos unités au niveau des théâtres d’opérations.»

Pour dire, selon le Point focal Sénégal de l’Unitar et de l’Empabb, «c’est une décision pour suivre au niveau du terrain le niveau d’exécution ou de performance de nos hommes pour apporter des correctifs ou des améliorations dans le seul but d’accroitre notre niveau opérationnel». Un niveau opérationnel qu’il juge d’ailleurs «très bien» puisque, note le patron du Gmi de la capitale sénégalaise, «nous avons une appréciation positive de toutes nos unités qui sont déployées dans les différents théâtres d’opérations».

Par Ndèye Fatou NIANG – (Correspondante) nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here