Les Marocains dans la rue pour soutenir les bénévoles belges menacées de mort

0
218

Ce samedi 10 août, à Casablanca (Maroc), des dizaines d’hommes et de femmes sont descendus dans la rue pour témoigner leur soutien aux volontaires belges de l’ASBL flamande Bouworde qui ont été menacées de “décapitation” pour avoir travaillé en short sur un chantier. “Nous voulons envoyer un message aux obscurantistes qui veulent nous imposer la pensée extrême et détruire l’image de notre pays”, ont expliqué les organisateurs de la marche.
Rédaction 13-08-19, 08:41 Dernière mise à jour: 08:42 Source: TV5 Monde, AFP, Morocco World News.

#YesWeShort: avec ce slogan, plusieurs dizaines de personnes ont protesté contre l’obscurantisme ce samedi à Casablanca, au Maroc. Après un appel à manifester lancé sur les réseaux sociaux, un groupe composé principalement de femmes est descendu dans la rue en solidarité avec les volontaires de l’ASBL Bouworde. “Nous revendiquons l’ouverture et la liberté”, a déclaré Latifa Machtali au micro de TV5Monde. “Qu’on mette une burka, une djellaba ou un short, on est libre de porter ce qu’on veut”.

La page “Yes we short”, à l’origine de cette initiative, a également appelé les Marocains à envoyer un bouquet de fleurs avec un mot de remerciements à l’association belge. En outre, une pétition en ligne, baptisée “Tous en short”, a recueilli plus de 1.000 signatures, dont celles d’une cinquantaine de personnalités marocaines.

Les menaces proférées contre les jeunes bénévoles belges ont suscité des réactions indignées un peu partout à travers le pays.

Le 5 août dernier, un instituteur âgé de 26 ans a été arrêté pour “avoir publié sur Facebook un message haineux” contre un groupe composé majoritairement de jeunes filles qui travaillait en plein air dans un village près de Taroudant. Publié après la diffusion d’un reportage vidéo montrant ces bénévoles terrasser un chemin en short sous un soleil de plomb, son message appelait à leur décapitation. Cet homme qui vivait dans le nord du pays va être poursuivi pour “incitation à des actes terroristes”, selon la DGSN.

Après des contacts avec l’ambassade belge à Rabat, l’ASBL Bouworde a décidé de ne plus envoyer de nouvelles équipes de bénévoles au Maroc cet été. Environ quatre-vingts jeunes volontaires ont vu leurs projets de voyage annulés suite à cette décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here