C’est un tabou: le plus efficace pour stabiliser le climat, c’est d’avoir moins d’enfants

0
139

Les trois secteurs économiques à l’origine des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont l’énergie, la déforestation et l’agriculture. En synthétisant les résultats de la recherche scientifique récente sur la thématique de l’usage des sols, le GIEC conclut dans son nouveau rapport spécial qu’une des manières les plus efficaces de lutter contre le changement climatique au niveau individuel revient à adopter un régime végétarien, ou encore mieux, végane. Ces conclusions contribuent à lever un tabou majeur sur le lien entre régimes alimentaires et changement climatique.

Un autre tabou, peut-être encore plus tenace, est celui du rôle du facteur démographique dans le changement climatique. L’idée selon laquelle il conviendrait de limiter la taille des familles, notamment dans les pays dans lesquels les émissions par tête sont élevées, est une thématique impopulaire qui rencontre une résistance sociale forte. Cependant, la recherche scientifique montre qu’un comportement déterminant pour limiter son empreinte carbone individuelle revient à choisir de faire moins d’enfants.
Choix procréatifs, héritage carbone et empreinte carbone

D’après une synthèse récente de la littérature sur l’action individuelle pour lutter contre le changement climatique, choisir d’avoir un enfant de moins permettrait aux individus dans les pays développés d’économiser en moyenne 58,6 tonnes de CO2-équivalent (tCO2) par année, ce qui est considérable. Les autres actions à haut impact sur les émissions individuelles, à savoir vivre sans voiture, éviter un vol transatlantique et adopter un régime alimentaire végane, permettent d’économiser respectivement 2,4 tCO2, 1,6 tCO2 et 0,8 tCO2 par année. Les actions couramment recommandées par les gouvernements et les institutions publiques, par exemple l’utilisation d’une voiture hybride, le recyclage et l’utilisation d’ampoules moins consommatrices d’énergie, sont en comparaison toutes des actions à faible impact, ne contribuant qu’à des économies…
Retrouvez cet article sur le Huffington Post

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here