ZIGUINCHOR – RENTRÉE DES CLASSES 2019-2020 – Près de 12 milliards pour remplacer les abris provisoires

0
170

Malgré les efforts consentis par l’Etat dans la région de Ziguinchor, le taux de réussite au Baccalauréat n’a pas encore atteint les 50 %.

La région de Ziguinchor reste l’une des plus scolarisées du pays, eu égard à son taux de scolarisation et le bon maillage de la carte scolaire. La bataille de l’accès est largement gagnée, même si les abris provisoires viennent noircir un tableau presque reluisant.

En effet, il y en a encore beaucoup, surtout dans la commune d’Oulampane (département de Bignona). Pour apporter une réponse durable à cette situation, l’Etat a décidé de mettre des moyens conséquents en vue d’améliorer les performances scolaires. ‘’Nous avons prévu un budget de 11,170 milliards de F Cfa pour remplacer les abris provisoires de la région. Quatre lots ont été identifiés dans ce sens’’, a annoncé, hier à Ziguinchor, le ministre de l’Education nationale.

Mamadou Talla présidait un comité régional de développement (Crd) axé autour de ‘’l’amélioration de la gouvernance et un partenariat efficace au service des performances scolaires’’.

Contrairement au Bac qui a enregistré un taux de réussite en dessous de 50 %, le Cfee et le Bfem ont valu des résultats satisfaisants à l’inspection d’Académie (Ia) ces dernières années. Grâce à ces derniers d’ailleurs, l’académie de Ziguinchor est parmi les meilleures du Sénégal. Selon l’inspecteur d’académie de Ziguinchor, Siaka Goudiaby, les faibles taux de réussite au Bac sont dus, en partie, aux contre-performances des candidats individuels (13,51 %), aux non encadrés (11,18 %) et au privé laïc (13,47 %). Le privé catholique a obtenu un taux de 70,97 % contre 41,15 % pour le public.

Pourtant, beaucoup d’efforts financiers ont été consentis par l’Etat, dans le cadre de l’amélioration de l’accès, de l’équité et de la qualité. Rappelant ces efforts, le ministre de l’Education nationale a indiqué que depuis 2012, l’Etat a consenti à dégager une enveloppe de plus de 7 milliards de francs Cfa, dans le cadre du projet de remplacement des abris provisoires.

Ainsi, il est prévu la construction de 658 salles de classe, de 29 blocs administratifs, de 48 blocs d’hygiène, de 5 murs de clôture, de 10 écoles élémentaires et d’un bloc scientifique, sans compter les ‘’daara’’ modernes qui sont au nombre de 13.

‘’Nous ne pouvons pas régler tous les problèmes tout de suite et en même temps. Nous sommes en train de voir comment installer de façon définitive une école des valeurs’’, a fait savoir M. Talla.

Il a profité de l’occasion pour annoncer la réalisation prochaine de trois ‘’grands lycées d’envergure nationale’’ dont un sera construit, pour la Casamance naturelle, à Sédhiou avec une forte teneur scientifique et technologique, pour un coût global de trois milliards, en sus de 100 millions prévus pour la réhabilitation, en 2020, du lycée Djignabo Bassène de Ziguinchor.

C’est donc compte tenu de tous les efforts que ne cesse de consentir l’Etat que le ministre a appelé les acteurs a plus ‘’d’efficacité et d’efficience en vue de repositionner l’école de la République telle qu’elle a été’’ par le passé.

Mamadou Talla a, par ailleurs, procédé au lancement de la 19e édition de la Semaine nationale de la propreté de l’école prévue du 23 au 28 septembre et qui porte sur le thème ‘’Une école propre dans une ville propre’’. Il a aussi visité des constructions scolaires dans le village de Djibonker, à une dizaine de kilomètres de Ziguinchor. Elles sont réalisées dans le cadre du Projet d’amélioration de l’éducation de base en Casamance (Paebca).

HUBERT SAGNA (ZIGUINCHOR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here