Crash évité à Aibd : Ethiopian dans une zone de turbulences

0
279

L’Aéroport international Blaise Diagne de Diass a frôlé la catastrophe hier dans la matinée. En effet, le vol ET 908 d’Ethiopian Airlines, qui transportait 90 passagers, a pris feu en plein vol à cause d’un incendie causé par le réacteur droit de l’avion, qui a connu des défaillances au décollage obligeant le pilote à se poser de justesse sur le tarmac de l’Aéroport Blaise Diagne de Diass.

On imagine le soulagement des 90 passagers à bord du vol Et 908 faisant la liaison Dakar-Bamako-Addis-Abeba. Car, ils ont frôlé la mort hier à cause d’un incendie, qui s’est déclaré alors que l’avion était en train d’amorcer son décollage. Le réacteur droit d’un Boeing d’Ethiopian Airlines a pris feu juste 5 mn après son décollage du tarmac de l’aéroport de Diass. Une situation, qui a pris de court les 90 passagers à bord de l’avion, qui n’ont trouvé leur salut que dans le geste du pilote, qui a su maîtriser l’appareil pour l’immobiliser sur la piste après une tentative d’entrer en contact avec la tour de contrôle sans succès. Selon les témoignages recueillis sur place, juste après le décollage de l’avion, un grand bruit s’est produit et a alerté tout le monde, car l’appareil venait de prendre feu même si jusqu’ici les pilotes n’ont pas encore donné la vraie raison de cet incendie en plein vol, qui a failli coûter la vie à ces passagers. Un problème récurrent sur ce Boeing 767-300, renseignent certains, qui ont une fois pris cet avion, qui n’offrirait pas toutes les commodités et la sécurité requises pour un vol aussi long. Un habitué de ce vol raconte : «Le 18 août, j’ai vécu avec cet appareil à peu près le même problème au décollage d’Addis-Abeba. Je ne comprends toujours pas pourquoi cette flotte, qui dispose de 117 appareils, tarde à changer ce vieil avion. Les autorités sénégalaises doivent l’immobiliser ici une bonne fois pour toutes sinon le pire risque de se produire, on l’a juste frôlé aujourd’hui.» Un vrai ouf de soulagement.

Peur au ventre, les passagers, qui sont sains et saufs, avaient pourtant alerté sur l’état de vétusté de l’avion avant le décollage de l’appareil. «Dès l’entame des formalités d’embarquement à l’intérieur, moi-même j’étais surpris par la qualité de l’avion et j’ai interpellé les stewards à ce niveau. Je leur ai dit : «J‘ai vu plusieurs appareils d’Ethiopian mais c’est la première fois que je vois un avion en si piètre qualité.» Déjà, c’était impossible de mettre des bagages, quand on s’assied au siège, ça bascule. C’était vraiment du n’importe quoi», témoigne un autre passager. Il poursuit : «Dès les premières heures du décollage, on a senti qu’il y avait un problème. On a entendu un bruit comme une explosion de la climatisation intérieure. Le pilote a continué la montée pour certainement entamer des formalités pour atterrir parce qu’il y avait vraiment un problème technique. Il faut noter qu’il y a eu un dysfonctionnement majeur de la part d’Ethiopian et aussi un dysfonctionnement par rapport à la communication avec l’aéroport. Ensuite, le pilote a fait ses manœuvres. On a survolé la cimenterie de Pout, on est revenus. Il a fait plusieurs fois le tour de la tour contrôle et là il a commencé à paniquer. On le sentait dans sa voix. Puisque les haut-parleurs étaient On. Nous, pendant ce temps, on s’en est remis à Dieu et heureusement on a pu atterrir sains et saufs.» Pour éviter une catastrophe, l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass à mis très rapidement un dispositif pour éviter le crash. Selon Tidiane Tamba, chef du département Relations publiques et de la communication, le dispositif nécessaire «a mis en branle le plan d’urgence» pour prendre en charge les passagers : «cela s’est très bien déroulé, en parfaite harmonie et en collaboration avec les équipes d’urgence au sol, les sapeurs-pompiers et l’équipage à bord ont pris les devants pour que tout se passe très bien. L’avion a pu se poser tranquillement et les secours ont été effectués très rapidement. Les passagers qui étaient à bord ont été acheminés au niveau de la zone d’embarquement», a rassuré M. Tamba. Il a également précisé que «malgré cet accident évité de justesse, tous les vols à destination ou en partance de Dakar ont été maintenus».

Par Alioune Badara CISS-abciss@lequotidien.sn (Correspondant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here