Eminem convoqué par les services secrets après avoir attaqué Donald Trump dans une chanson

0
242

Dans une chanson sortie sur son album “Revival”, le chanteur s’en prend à Donald Trump et à sa fille Ivanka. Dénoncé par un journaliste du site TMZ, il a été auditionné par les services secrets américains.

En 2017, dans sa chanson “Framed” issue de son avant-dernier album “Revival”, Eminem s’en était pris au président américain et à sa fille, Ivanka Trump. “Nous aimons notre armée et nous aimons notre pays, mais putain, nous détestons Trump (…) Mais mec, qu’est-ce qu’Ivanka Trump fait dans le coffre de ma voiture? Parce que je me sens un peu responsable de cette petite blonde idiote (…)”, chantait Eminem.

Ces paroles avaient suscité de vives réactions et un journaliste du site américain TMZ avait contacté les services secrets pour savoir s’ils avaient ouvert une enquête sur le rappeur. Suite à cet appel, Eminem a été rappelé à l’ordre et a dû s’expliquer face aux services secrets américains sur les menaces et les insultes qu’il a proférées. Jusqu’en 2018, cette audition était restée secrète, mais en août de cette année, le rappeur a sorti un nouvel album sur lequel une chanson, “The Ringer”, fait référence à cette convocation. “L’agent orange vient d’envoyer les services secrets me rencontrer en personne pour vérifier si je comptais vraiment le blesser, si j’étais lié à des terroristes”, chante-t-il. Les services secrets n’avaient jamais confirmé cette information, mais l’année dernière, le site “BuzzFeed News” a demandé officiellement une autorisation d’accès à la loi sur l’information, baptisée Freedom of Information Act. Aujourd’hui, les services secrets ont répondu au média américain dans un document de 40 pages, rendu public.

On apprend ainsi qu’Eminem a bel est bien été auditionné par les services secrets pour un comportement inapproprié et des paroles menaçantes à l’encontre du président. Cette convocation avait pour but de vérifier si le rappeur pouvait être potentiellement dangereux. L’affaire n’a finalement pas été renvoyée au procureur fédéral.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here