La fidélité d’Yves Saint Laurent à la soierie lyonnaise : une exposition événement au Musée des Tissus à Lyon

0
442

“Yves Saint Laurent les coulisses de la Haute Couture à Lyon”, marque le renouveau du Musée des Arts et des Tissus. L’exposition invite à découvrir les grandes maisons des soyeux lyonnais qui ont collaboré avec le couturier, tout au long de sa carrière.

Après avoir frôlé la fermeture, repris en main par la région, le Musée des Tissus de Lyon inaugure une exposition événement consacrée à la collaboration d’Yves Saint Laurent avec les plus grandes soieries lyonnaises.
Une fidélité aux fournisseurs lyonnais

Yves Saint Laurent restera fidèle aux soieries de Lyon toute sa carrière. Pour lui, ils sont parmi les plus grands fournisseurs de tissus. Dès sa première collection, en 1962, Yves Saint Laurent utilisera les taffetas, velours, mousselines ou pannes de velours pour ses créations. Réputé pour ses robes du soir, le couturier aimait les étoffes soyeuses, lumineuses et l’or. La mousseline utilisée pour la dernière collection de sa carrière, en 2002, a été fournie par la Maison Bianchini-Férier.

A chacun sa spécialité

La scénographie est conçue comme une visite chez un fournisseur. Ils sont huit avec lesquels Yves Saint Laurent a régulièrement collaboré même si le couturier ne s’est jamais déplacé lui-même à Lyon.

Dès le XXe siècle, les soieries lyonnaises se tournent vers la couture pour relancer leur activité. La maison Bucol en fait partie. C’est elle qui a conçu les taffetas pour les robes du soir d’Yves Saint Laurent et la sigaline. Ce tissu de nylon, bien plus résistant que la mousseline de soie permettra au créateur de réaliser toutes les transparences de ses vêtements. Ainsi, la robe noire portée par Romy Schneider au Festival de Cannes en 1962 popularisera la sigaline de chez Bucol.

La mariée dite “Shakespeare”

La mariée dite “Shakespeare” issue de la collection Yves Saint Laurent 1980, inspirée du XVIIe, est le point d’orgue de l’exposition. Sa réalisation est le fruit d’une collaboration entre plusieurs maisons lyonnaises telles Bucol ou Bianchini-Ferrier. Yves Saint Laurent qui connaissait bien les spécificités de chaque fabricant, rassembla différents tissus pour concevoir ce modèle unique.

Documents inédits et pièces Haute Couture

Les vingt cinq prototypes exposés ont été sélectionnés parmi les 7000 vêtements haute couture de la réserve du musée Yves Saint Laurent à Paris. Tout comme la centaine de documents qui permettent éclairent le processus de création de la Maison Saint Laurent. Des vidéos de défilés et des témoignages de soyeux lyonnais qui ont travaillé avec le couturier complètent cette belle expositiion.

Les modèles Yves Saint Laurent exposés ici à Lyon ont tous été sélectionnés grâce à ces documents qui ont permis d’identifier les maisons lyonnaises.Aurélie Samuel, commissaire de l’exposition

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here