« Pas de grâce pour le bourreau Hissein Habré mais des indemnisations pour ses victimes », répond l’Association des victimes à Mme Habré

0
249

La polémique enfle autour de l’état de santé de l’ancien président tchadien, Hissein Habré. Hier, l’épouse de ce dernier a publié un communiqué dans lequel, elle confirme les informations parues dans le quotidien “Vox Populi”, alors démenties par l’administration pénitentiaire en début de soirée. La réponse de Clément Abaïfouta, président de l’Association des Victimes des Crimes du Régime de Hissein Habré des Victimes (AVCRHH) ne s’est faite attendre. Dans un communiqué transmis à Leral, il parle de rumeurs propagées par les soutiens de l’ancien Président pour obtenir sa libération.

« Si Hissein Habré est vraiment malade, il a le droit d’être soigné correctement. Cependant, nous nous rappelons que Habré avait déjà prétendu avoir eu une crise cardiaque cinq semaines avant l’ouverture de son procès. En juin 2015, les avocats de Habré avaient annoncé que leur client avait été victime de deux crises cardiaques. Les gros titres des journaux de Dakar ont repris ces allégations : « Après un malaise cardiaque, Hissein Habré frôle la mort », « Hissein Habré pique une crise cardiaque », etc… », a-t-il rappelé.

Et d’ajouter : « en réalité, il n’en était rien. C’était une ruse pour éviter son jugement. Cette fois, la ruse sert-elle pour la demande de grâce ? Une telle grâce est de toute façon interdite par l’article 26 (3) du Statut des Chambres (« L’État d’exécution [de la peine] est lié par la durée de la peine. »), fruit d’un traité avec l’Union africaine et qui ne dépend donc pas du seul Sénégal ».

Clément Abaïfouta affirme également qu’il n’y a « pas de grâce pour le bourreau Hissein Habré mais des indemnisations pour ses victimes ». « Dans son verdict, la Chambre africaine a observé que « Hissein Habré n’a montré aucune compassion vis-à-vis des victimes, ni exprimé de regrets quelconques pour les massacres et les viols qui ont été commis ». Habré réclame aujourd’hui la compassion qu’il n’a jamais donnée aux victimes de son régime. Il est légitime de penser à la santé de Hissein Habré, et nous sommes les premiers à y penser, pour avoir l’assurance qu’il effectue réellement la peine de prison à laquelle la justice l’a condamné. Il ne faut cependant pas oublier de penser aussi à nous, victimes, qui attendons toujours de lui qu’il nous indemnise », a souligné le président de l’AVCRHH .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here