CONCLAVE – Politique sécuritaire dans l’espace Uemoa : Des experts en conclave pour examiner les initiatives

0
122

Pour faire des recommandations pertinentes aux autorités des Etats membres de l’Uemoa sur les questions sécuritaires, des experts tiennent une réunion pour examiner les initiatives de cette organisation. Cette rencontre se tient en prélude à la réunion du comité de haut niveau de l’Uemoa sur le chantier paix et sécurité prévue le 15 novembre à Dakar.

Des experts des pays membres de l’Uemoa sont en conclave pour faire le point sur les initiatives prises par l’Uemoa dans la lutte contre le terrorisme. Cette rencontre organisée en prélude à la 4ème réunion du comité de haut niveau sur le chantier paix et sécurité prévue le 15 novembre, se tient dans un contexte marqué par la recrudescence des attaques terroristes dans certains pays de la zone. Les experts qui prennent part à cette réunion vont ainsi examiner «le rapport sur la situation sécuritaire dans l’espace Uemoa, l’état de mise en œuvre des diligences issues de la 3ème réunion du comité de haut niveau, le relevé de conclusions des concertations sur la paix, la sécurité et le développement dans les zones frontalières». A l’issue de leurs travaux, les experts devront formuler des recommandations pertinentes qui aideront à la prise de décision des autorités. Lors de l’ouverture de cette réunion, le Délégué général à la paix et à la sécurité de la commission de l’Uemoa a fait savoir que l’année 2020 va «constituer l’étape d’approfondissement des efforts qui ont été enclenchés depuis l’institutionnalisation de la politique de paix et de sécurité en 2013». Rappelant que des initiatives sont développées pour sécuriser l’espace, Moctar Ouane soutient que «la récurrence des actes terroristes que nous connaissons dans certains de nos Etats membres trouvera une prise en charge plus forte encore». Selon lui, «l’Uemoa a décidé, en plus de ce qu’elle fera dans le cadre de la Cedeao, d’assurer une prise en charge plus forte dans sa propre union». Poursuivant ses explications, M. Ouane souligne que «l’action qui sera développée portera sur deux volets, la poursuite de l’action de l’Uemoa pour le développement économique de ses Etats membres» et aussi à travers «une action plus rigoureuse, plus forte du point de vue sécuritaire». A l’en croire, les initiatives sont en cours de préparation et elles seront «engagées et mises en œuvre dans les semaines à venir». S’agissant des initiatives, le Délégué général à la paix et à la sécurité au niveau de l’Uemoa informe que l’organisation a misé sur des actions globales et intégrées pour lutter contre le terrorisme. D’après M. Ouane, la lutte s’inscrit dans «une action de tous les jours parce que le phénomène du terrorisme interne apparait sous plusieurs formes». Partant de ce fait, il soutient qu’il «faut toujours s’adapter par rapport à cette menace». Ainsi les Etats vont lutter contre les activités criminelles, le trafic d’armes, la criminalité transfrontalière, qui constituent des terreaux fertiles pour ce phénomène. «C’est sur cela que nous travaillons en plus du renforcement des capacités opérationnelles des services de sécurité, les deux vont de pair», a-t-il déclaré.

Présidant cette réunion, Gnounka Diouf, conseillère économique du président de la République, a insisté sur la collaboration entre les Etats dans le domaine de la sécurité, du renseignement mais aussi concernant le financement. D’après Mme Diouf, il a été décidé de «mobiliser plus de 500 millions de dollars pour financer cette lutte». Et aussi de travailler sur la «coordination de nos Forces de défense et de sécurité ». D’ailleurs, elle informe qu’un comité «qui travaille sur les modalités a été mis en place pour rendre opérationnelle cette mesure en commençant par le renseignement». Revenant sur les initiatives de l’Uemoa, Mme Diouf précise que «cette politique commune c’est pour parer à ces menaces et éventuellement mettre en place un dispositif qui permet de faire face à la menace terroriste». A ce propos, il informe qu’il y a «toute une feuille de route pour sécuriser l’espace».

Par Dieynaba KANE – dkane@lequotidien.s

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here