Que faudra-t-il pour que 2020 soit vraiment l’année du gaz au Nigeria ? (Par NJ Ayuk)

0
562

« L’honorable ministre d’État pour les Ressources pétrolières, S.E. le chef Timipre Sylva a déclaré 2020 comme l’Année du Gaz pour la nation », a commencé la nouvelle. Quelle nouvelle incroyable ! Et certainement attendue depuis longtemps. Comme il semble, les responsables nigérians ont finalement fait attention au signal. Comme je l’ai dit si souvent, plus qu’un pays pétrolier, le Nigeria est un pays gazier. Le pays ne se comporte juste pas comme tel.

Sans aucun doute, le gaz naturel a l’énorme potentiel de diversifier et de faire croître l’économie nigériane, d’alimenter ses industries et ses foyers, de produire des richesses qui manquent toujours, de créer des emplois, de développer des industries associées dans le secteur pétrochimique, de sortir les gens de la pauvreté, la liste est longue bien entendu.

L’intention manifestée de M. Sylva pourrait pourrait devenir l’action politique la plus pertinente que quiconque ait prise au Nigéria depuis des années et pourrait changer le pays pour toujours; et pourtant, le travail qui nous attend est si vaste que nous ne pouvons qu’espérer qu’il aura la force de le faire.

Certes, le fait de nommer 2020 l’année du gaz pour le Nigeria a un très bel effet, mais le marketing ne suffira pas à lui seul. Une action gouvernementale concertée est essentielle si nous voulons voir une véritable croissance dans le secteur du gaz de pétrole liquéfié (GPL), et tout d’abord, nous devons voir une conclusion au programme nigérian de commercialisation du gaz torché, retardé depuis longtemps. Sylva a déclaré que c’était sa principale priorité, alors espérons que cela se produira bientôt.

Une fois le programme approuvé, les producteurs de pétrole auront une alternative plus attrayante au torchage. Ils pourront monétiser une ressource qui a jusqu’à présent été gaspillée, mais cela ne suffira toujours pas.

Le problème du torchage au Nigéria est énorme. Chaque année, 2 millions de tonnes de GPL sont brûlées au lieu d’être utilisées comme source d’énergie ou de matière première. Cela signifie que des millions de dollars partent littéralement en fumée. Le programme de zéro torchage du Nigéria est en cours depuis des années, et pourtant, la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) vient de publier des résultats qui indiquent que le torchage du gaz n’a cessé d’augmenter au fil du temps. Plus précisément, « un total de 276,04 milliards de pieds cubes (Gpi3) de gaz naturel a été torché des champs pétroliers du Nigeria entre septembre 2018 et septembre 2019 ». En outre, NNPC a déclaré que « le volume de gaz torché pendant cette période était supérieur à celui fourni aux sociétés de production d’électricité pour la production d’électricité, qui était de 275,31 milliards de pieds cubes ». Cela se passe dans un pays où 45% de la population n’a pas accès à l’électricité, outre l’effet extrêmement préjudiciable que cela a sur la capacité des entreprises à être compétitives et les dommages environnementaux extraordinaires que cela représente.

Déjà, le gouvernement fédéral a annoncé en août qu’il ne serait pas en mesure d’atteindre son objectif de torchage zéro d’ici 2020 et n’a pas encore fixé de nouveau délai pour l’atteindre.

Le problème reste le même. Il est beaucoup, beaucoup moins cher pour les producteurs de torcher leur gaz et de payer les amendes que de faire quoi que ce soit à ce sujet. Cela ne peut plus continuer. Une action plus ferme est nécessaire et il incombe au leadership de M. Sylva de le faire.

Je ne veux pas par là du doigt les producteurs de pétrole. La plupart voudraient probablement monétiser cette ressource et le feraient s’ils le pouvaient. Mais nous manquons de législation, d’infrastructure, de réglementation des prix et d’acteurs prêts à recevoir cette matière première. Ils ne peuvent pas simplement acheminer le gaz quelque part et espérer le meilleur. Nous devons nous concentrer sur l’approfondissement de la pénétration du gaz domestique et promouvoir l’adoption du gaz par la population, favoriser le développement des industries associées au gaz comme les usines d’ammoniac et d’urée, utiliser cette ressource pour la production d’électricité, etc. La demande ne viendra pas de nulle part.

Pour que cela fonctionne, tout le monde doit travailler ensemble. Cela signifie que le ministère et la NNPC doivent collaborer avec les compagnies pétrolières internationales, les compagnies pétrolières locales ainsi qu’avec les institutions financières du pays pour créer les solutions qui peuvent faire prospérer cette industrie. C’est un travail de grande taille, mais essentiel.

Bien sûr, la nouvelle que la production de gaz naturel liquéfié (GNL) provenant de l’usine de GNL de Bonny Island va augmenter de 35% une fois le 7e train de GNL opérationnel est fantastique. Le Nigéria renforcera sa position en tant que l’un des plus grands exportateurs mondiaux de GNL et cela apportera une richesse considérable au pays, mais sa population reste dans le noir.

Et les projets d’expansion du GNL sont quelque chose que les CPI sont bien préparés à faire, mais il existe d’autres rôles importants dans la stimulation de l’industrie du gaz qui doivent être assumés par d’autres.

Je parle bien sûr du développement des champs marginaux, un sujet qui est d’une importance fondamentale pour moi et que j’ai longuement couvert dans mon dernier livre ‘Des milliards en jeu : l’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique’. Tant pour le pétrole que pour le gaz, le programme de développement de champs marginaux du Nigéria était incroyablement prometteur lorsqu’il a été lancé pour la première fois en 2013. Il a donné aux entreprises locales la possibilité d’explorer de plus petites découvertes sans intérêt pour les majors, ce qui leur a permis d’acquérir une expérience dans l’exploration et la production d’actifs de valeur. En outre, il a ouvert des possibilités d’utilisation domestique du gaz naturel pour la production d’électricité. Ce programme, qui est maintenant copié par l’Angola, est pourtant maintenant au point mort au Nigéria.

De plus, comme j’ai longuement débattu au fil des ans, et plus particulièrement dans ‘Des milliards en jeu’, nous devons investir considérablement dans la capacité du Nigéria à négocier et à gérer les contrats. Cela s’applique à la fois à la nécessité de respecter le caractère sacré des contrats, un élément fondamental pour donner aux investisseurs internationaux la confiance nécessaire pour que ce qu’ils signent soit respecté, mais aussi pour apprendre à choisir avec qui signer les contrats. La débâcle actuelle avec P&ID, une petite entreprise inconnue qui a réussi à poursuivre le gouvernement nigérian pour rupture de contrat devant les tribunaux anglais et demande une indemnisation de 9,6 milliards USD, est une situation incompréhensible qui n’aurait jamais dû se produire. Nous devons savoir qui sont nos partenaires et avec qui nous devrions signer des contrats, puis les respecter.

Ce n’est qu’en combinant le rôle des majors, des entreprises locales, le développement des infrastructures nécessaires au transport du gaz, le rapprochement avec les banques du pays pour aider à financer des projets et en donnant un cadre juridique clair au secteur, que nous pouvons espérer réussir. Je ne doute pas que cela soit possible à réaliser en 2020 et dans les années à venir, mais venant de l’expérience des dernières années, cela ne semble pas probable, et personne n’en paie plus le prix que les Nigérians ordinaires, qui continuent d’échouer bénéficier des ressources de son pays.

Il est urgent d’agir.

Cette semaine, il a été révélé que les sociétés pétrolières et gazières internationales retenaient des investissements estimés à 58,4 milliards USD dans des projets pétroliers et gaziers au Nigéria en raison de l’incertitude réglementaire. L’investissement étranger direct au Nigéria était de 1,9 milliard de dollars US en 2018. Ce n’est pas comme si nous n’avions pas besoin d’argent.

Mais comment pouvons-nous nous attendre à ce que les sociétés pétrolières internationales se sentent à l’aise de signer des milliards d’investissements si, après plus de 20 ans de négociations, nous n’avons toujours pas réussi à nous prononcer sur le projet de loi sur l’industrie pétrolière (Petroleum Industry Bill) qui supervisera le secteur ? Qui peut leur en vouloir d’attendre pour voir ce qui se passe ? Elles attendent que nous découvrions comment nous voulons réglementer l’industrie, et après 20 ans, nous ne semblons toujours pas savoir. Cela doit changer, et vite.

Le Nigeria possède environ 200 milliards de pieds cubes de réserves de gaz. Il est grand temps de les utiliser. Avec les bonnes politiques, nous pourrions changer complètement la face du pays. Nous pourrions donner de la lumière à nos populations, nous pourrions alimenter nos industries, les libérer de la dépendance handicapante vis-à-vis des générateurs diesel qui rendent leur compétitivité impossible, nous pourrions renoncer à notre dépendance au carburant importé pour l’électricité et le chauffage, nous pourrions créer de nouvelles opportunités pour la création d’emplois et le développement industriel, nous pourrions sortir des millions de personnes de la pauvreté … De plus, des industries nationales solides du gaz pourraient aider à stimuler le commerce intra-africain, créer de nouvelles synergies avec nos voisins, stimuler l’intégration des réseaux de production d’électricité, établir de nouveaux partenariats, voire même contribuer à la paix.

Ce que je dis, je le dis en tant qu’Africain, et cela s’applique à de nombreux pays à travers le continent. Cependant, le Nigéria est dans une position privilégiée pour véritablement apporter des changements et être un phare pour les autres en faisant preuve de leadership et de détermination. C’est la plus grande économie du continent et elle possède ses plus grandes réserves d’hydrocarbures, à la fois de pétrole et de gaz. Le NNPC travaille déjà avec certains des meilleurs CPI et le pays possède les capacités d’exploration et de production indigènes les plus importantes d’Afrique. Donnons-nous la possibilité d’être meilleurs et de mieux vivre, en profitant des ressources que nous possédons déjà.

M. Sylva fait preuve de leadership et de dynamisme. Jusqu’à présent, il a prouvé qu’il était le leader dont le Nigeria a besoin pour développer de nouvelles industries du GPL et du GNL qui amèneront le pays au prochain niveau de développement, non seulement sur le plan économique, mais aussi social, environnemental et humain. Espérons donc qu’il pourra traverser les grandes transformations qui doivent se produire pour que 2020 soit vraiment l’année du gaz au Nigeria.

NJ Ayuk est le président de la Chambre africaine de l’énergie et l’auteur du best-seller sur Amazon, Des milliards en jeu : l’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique.

Distribué par APO Group pour African Energy Chamber

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here