UNIVERSITES : Le Sudes/Esr menace de ne pas valider le premier semestre

0
167

La section enseignement supérieur et recherche du Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes/Esr) menace, dans un communiqué, de ne pas valider le premier semestre dans les universités publiques à cause des difficultés liées au respect du quantum.

Le Sudes/Esr rappelle son engagement « à ne pas se laisser embarquer dans une entreprise de tricherie visant à valider à tout prix, une année universitaire ». Dans un communiqué rendu public, hier, ce syndicat estime qu’en l’état actuel des choses, des menaces pèsent sur le respect du quantum horaire. « L’année universitaire risque de ne pouvoir être validée pour des raisons techniques. Il y a un quantum horaire à respecter, un contenu d’enseignement à dispenser avant de pouvoir valider un diplôme. Le Sudes/Esr alerte depuis avril 2019 sur le fait qu’en l’état actuel des choses, c’est impossible, faute d’infrastructures et d’enseignants en nombre suffisant, d’assurer dans les universités sénégalaises un enseignement viable. » Dans ledit document, la section enseignement supérieur et recherche du Sudes précise qu’elle « ne se laissera pas embarquer dans une entreprise de tricherie, pilotée par le ministère, et visant à valider à tout prix une année universitaire sans y mettre les moyens humains et matériels ». « Le système Lmd exige, pour qu’un semestre soit validé, qu’il dure 12 semaines, compte non tenu de la période de révision et d’examen », a indiqué le Sudes/Esr. Ces syndicalistes avertissent la communauté universitaire et l’opinion publique, qu’à la fin du semestre, ils refuseront de valider tout cours dont ils ont la responsabilité et qui ne se sera pas déroulé selon les normes académiques. « Il est de la prérogative exclusive des enseignants-chercheurs d’accepter ou de ne pas accepter de donner leur agrément scientifique à une formation », ont-ils rappelé. En réaction au discours du Chef de l’Etat lors de son adresse à la nation, ces enseignants-chercheurs estiment que ce dernier « est mal informé des problèmes qui secouent actuellement l’enseignement supérieur sénégalais ». Ils pensent que le Président Macky Sall « est victime d’intoxication de la part d’un ministère dépassé par les évènements et qui lui laisse croire que les enseignants du supérieur demandent une augmentation de salaires ».

Seydou Prosper SADIO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here