Cette vidéo en 3D montre des poumons infectés par le coronavirus

0
602

Des scientifiques de l’hôpital universitaire George-Washington (États-Unis) ont réalisé une vidéo de 1 minute 40 sur laquelle on peut voir en 3D la cage thoracique d’un malade. Ses poumons sont de couleur vert jaunâtre

Un groupe de chercheurs américains a utilisé la réalité virtuelle pour réaliser une vidéo illustrant la gravité du coronavirus sur les poumons des malades, rapporte ABC News 4.

Fatigue, maux de tête, perte d’odorat… mais aussi et surtout une forte toux et des difficultés à respirer. Les différents symptômes – que l’on peut évaluer facilement grâce à ce site – prouvent que le coronavirus s’attaque aux voies respiratoires des malades, dont le nombre a dépassé les 400 000. Des chercheurs américains ont utilisé la réalité virtuelle pour faire comprendre les dommages causés par le virus sur les poumons des patients infectés, rapporte ABC News 4. Ces scientifiques de l’hôpital universitaire George-Washington (États-Unis) ont réalisé une vidéo de 1 minute 40 sur laquelle on peut voir en 3D la cage thoracique d’un malade. Ses poumons sont de couleur vert jaunâtre.

Suivez notre direct Coronavirus : plus de 4 000 morts en Espagne

Une séquence réalisée à partir d’un scanner de l’individu en question. Pour mieux comprendre cette vidéo, les chercheurs dévoilent le contexte. Le malade, proche de la soixantaine, se trouvait déjà en soins intensifs. L’objectif pour les auteurs de cette vidéo était de rendre ces images accessibles au monde entier. « Il y a un tel contraste entre le poumon anormal infecté et le tissu pulmonaire sain adjacent. Il n’y a pas besoin d’être un docteur pour comprendre ces images », constate Keith Mortman, chef de la chirurgie thoracique à l’hôpital universitaire George-Washington dans l’un des podcasts mis en ligne par l’établissement de santé américain.

Une image vaut mille mots

Il espère que ces images sensibiliseront et choqueront les internautes. « C’est quelque chose que le grand public peut regarder afin de prendre la mesure des dégâts que cela occasionne. Ce n’est pas concentré sur une seule partie des poumons, mais bien diffus sur les deux », ajoute-t-il.

Lire aussi Notre immunité à (…)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here