« Tuerie de masse »: la Chine réfute les propos de Trump sur le Covid

0
122

Pékin a réagi de façon impassible aux nouveaux propos du président américain Donald Trump, qui a accusé la Chine d’être responsable d’une “tuerie de masse mondiale” en raison de sa gestion du Covid-19.

L’escalade verbale entre les deux puissances mondiales grimpe à mesure que le nouveau coronavirus, repéré pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan (centre), ravage les économies de la planète. Donald Trump a fait de son discours anti-Chine une pièce centrale de sa campagne pour un second mandat. Il accuse les autorités chinoises d’avoir caché le début de l’épidémie – ce que Pékin dément fermement.

“Tuerie de masse mondiale”

“Un cinglé en Chine vient de publier un communiqué accusant tout le monde à l’exception de la Chine pour le virus qui a tué des centaines de milliers de personnes”, avait tweeté mercredi matin le locataire de la Maison blanche. “Merci d’expliquer à cet abruti que c’est l’incompétence de la Chine, et rien d’autre, qui a provoqué cette tuerie de masse mondiale!”, a-t-il ajouté, sans préciser à qui il faisait référence.

Interrogé sur ces propos, le ministère chinois des Affaires étrangères est resté mesuré dans sa réponse.”Dans la lutte contre l’épidémie, le gouvernement chinois a toujours été ouvert, transparent et responsable”, a affirmé son porte-parole Zhao Lijian. “Nous parlons des faits, nous présentons des faits et nous faisons preuve de bon sens. Nous faisons tout notre possible pour protéger la santé de la population et promouvoir la coopération internationale”, a-t-il assuré.

Réaction trop lente reprochée

La Chine est dans le collimateur de l’administration américaine, qui lui reproche une réaction trop lente face à l’épidémie. Elle a déjà fait plus de 325.000 morts au niveau mondial. Les États-Unis et l’Australie ont appelé à une enquête internationale indépendante sur l’origine du virus.

Quant à Donald Trump et à son chef de la diplomatie Mike Pompeo, ils ont affirmé que le nouveau coronavirus avait fuité d’un laboratoire chinois, sans toutefois apporter la moindre preuve. La Chine rejette l’appel de Washington et de Canberra, estimant qu’elle relève de la “politisation”. Mais Pékin soutient une “évaluation” de la réponse mondiale à l’épidémie – une fois qu’elle sera endiguée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here