Le second tour des élections municipales le 28 juin, annonce Édouard Philippe

0
121

C’est donc l’échéance la plus proche qui a été retenue. Le deuxième tour des élections municipales 2020, reporté à cause de l’épidémie coronavirus, aura lieu le 28 juin, a annoncé ce vendredi 22 mai le premier ministre Édouard Philippe

Pourtant, la date est loin de faire consensus dans le monde politique, y compris au sein de la majorité. “J’assume avoir considéré qu’un bureau de vote était un lieu indispensable à la vie du pays, qu’il n’y avait ce jour là pas plus de risque à aller voter qu’à faire ses courses”, a-t-il d’abord assuré au sujet du premier tour.

Et d’ajouter qu’avant la prise de décision concernant le second tour, le conseil scientifique avait été consulté et écouté, et que les avis de “toutes les forces politiques” du pays avaient été recueillis afin de trouver une solution optimale.

“La semaine prochaine, nous présenterons au président de la République la deuxième phase du plan de déconfinement”, a donc expliqué ce vendredi Édouard Philippe, “pour que, aussi sûrement que possible, la vie économique, la vie sociale, la vie démocratique, la vie privée même puissent reprendre leurs droits face au virus.”

“Ce ne sera pas un 2nd tour comme avant”
“Le 27 mai prochain, nous présenterons au président de la République un décret qui appelera les électeurs à se rendre aux urnes pour le second tour de élections municipales le 28 juin prochain”, a-t-il ensuite annoncé. Pour les quelque 5.000 communes qui n’ont pas élu leur conseil municipal au second tour (soit 16 millions d’électeurs environ), c’est donc avant l’été qu’il faudra se rendre à nouveau aux urnes.

“Ce ne sera pas un second tour comme avant, si j’ose dire”, a continué Édouard Philippe. “Avec les maires qui organisent le scrutin, avec les candidats et leurs équipes de campagne, nous avons la double responsabilité d’assurer la sécurité de ceux qui participent et la sincérité du scrutin.”

Et de préciser qu’une concertation serait menée par Christophe Castaner avec les maires de France à partir de la semaine prochaine pour organiser “en toute sûreté les opérations électorales proprement dites”. Les règles de la procuration pourraient par exemple être assouplies, en plus de mesures d’hygiènes spécifiques qui seront prises.

Un report encore possible
Également présent, le ministre de l’Intérieur a d’ailleurs livré quelques pistes quant à la tenue du scrutin. Rappelant la nécessité de respecter les gestes barrières et les préconisation du conseil scientifique, Christophe Castaner a ainsi expliqué que la campagne devrait être marquée par une vigilance accrue. Évoquant des professions de foi possiblement plus longues, des campagnes qui devraient se dérouler de façon numérique et dans les médias, il a dessiné les contours d’un avant-second tour “différent”.

Au sujet du vote en soi, Christophe Castaner a en outre confirmé que les procurations seraient plus simples à faire. “Et le jour du scrutin, dans les bureaux de vote, toutes les précautions seront prises”, a -t-il ajouté, officialisant le port du masque obligatoire dans les bureaux (chirurgical pour les officiels et assesseurs ainsi que les scrutateurs au moment du dépouillement, à minima grand public pour les électeurs).

Toutefois, a insisté le chef du gouvernement Édouard Philippe, cette annonce du 28 juin demeure réversible. “Nous aurons une clause de revoyure, qui interviendra sans doute dans deux semaines. Dans l’hypothèse où ce second tour ne pourrait pas avoir lieu, il faudrait garder le temps nécessaire à l’examen par le Parlement du cadre légal qui pourrait permettre d’organiser un nouveau report.”

À voir également sur Le HuffPost: Gérard Collomb insulte Myriam Picot lors d’une visioconférence

LIRE AUSSI:

Municipales 2020: le grand jeu de dupes de l’opposition et de l’exécutif

Municipales 2020: Buzyn sous

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here