Mauritanie : Un homme noir, 34 ans, abattu par l’armée près de la rive du fleuve Sénégal

0
382

Pour certains, c’est une nouvelle bavure de l’armée mauritanienne contre un homme noir. Abass Hamadi Diallo, né en 1986 à Dabano, près de Wending, dans le département de Mbagne a été abattu dans la soirée du 28 mai 2020. Les faits se sont déroulés alors qu’il accompagnait son neveu et un commerçant qui sollicitaient son aide au transport de leurs marchandises, du village vers la rive du fleuve Sénégal, a appris Seneweb. « Au titre des mesures de sécurisation des frontières contre les risques d’infiltration du Covid-19, une patrouille militaire les surprit, à l’œuvre de la contrebande. Le groupe tente de s’échapper, sans doute en souvenir des tueries racistes de 1989-1991 dont la région garde le traumatisme. Lors de la fuite, Abass est atteint d’un tir d’arme à feu, au travers de la poitrine et en décède », renseigne une note reçue.

Laquelle précise que le lendemain, un communiqué de l’Etat-major général des armées, tel qu’affiché sur la page de l’Agence mauritanienne d’information (Ami), évoque un passeur arrêté, des fugitifs et une mort accidentelle, à cause d’une « balle de sommation ». La victime y est décrite comme un récidiviste, en conflit avec la loi et condamné. Le texte plaide la thèse de la bavure mais justifie le meurtre, suggérant le lien de cause à effet, entre le présumé passé de délinquant et son élimination physique, souligne la source.

Qui précise toutefois que les autorités ont dépêché une délégation, auprès des villageois et de la famille du défunt, le 30 mai, afin de leur remettre, en guise de dédommagement, la somme d’un million d’ouguiya anciennes (2500 euros).

Une mort qui relance le débat sur les homicides de noirs en Mauritanie soit au cours d’une manifestation pacifique soit lors d’un contrôle de police ou de gendarmerie.

seneweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here